Maimbeville


Maimbeville


Maimbeville est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Maimbevillois et les Maimbevilloises.

Géographie

Localisation

Le village de Maimbeville est située à 63 km au nord de Paris, 32 km à l'est de Beauvais, 22 km à l'ouest de Compiègne et 56 km au sud d'Amiens.

Topographie et géologie

L'altitude de la commune varie entre 73 et 156 mètres au-dessus du niveau de la mer. Le village se situe à 124 mètres. Le point le plus haut de la commune est situé à la limite nord de la commune sur la route de Cernoy et le point le plus bas au lieu-dit « la Sonnerie », dans un vallon partant du village et se dirigeant vers Saint-Aubin. Le cimetière, au sud du territoire, se situe à 86 mètres d'altitude. Le territoire, exposé au sud, est coupé par plusieurs vallons dépourvus d'eau (fonds de l'Hardière, Jude, fosses Monet, de la Gorgue et du Bailly, vallée des Chats-Huants). Une vallée principale courant de l'est à l'ouest passe au-dessous du chef-lieu.

La craie occupe le territoire des vallons. Dans le vallon près du chef-lieu, très fiable, elle se délite à l'air. Les silex y abondent tellement que l'emploi en est impossible comme pierre d'appareil. On voit en abondance une quantité de cailloux. Ceux-ci sont accumulés au fond d'un dilivium argileux. Cette espèce de sol se trouve dans le bois de Morne. On remarque des dépôts d'argile fine, peu compacte, de couleur fauve entre le village et Saint-Aubin-sous-Erquery. La commune se trouve en zone de sismicité 1, c'est-à-dire très faiblement exposée aux risques de tremblement de terre.

Hydrographie et eau potable

Aucune présence de rivière ou de cours d'eau ne traverse le territoire. Le relief vallonné montre toutefois l'ancienne existence de cours d'eau dans la commune. Deux mares sont présentes dans le village, rue de Rémécourt et Grande rue. Un château d'eau se trouve à l'angle de la Grande rue et de celle du Maronnier, une prise d'eau et une station de pompage à eau se situent au sud du village. Les zones les moins élevées de la commune sont situées au-dessus de plusieurs nappes phréatiques sous-affleurantes.

Voies de communications et transports

La commune est accessible par deux routes départementales, la D 137 et la D 532 : La route départementale 532 (D 532), qui relie Saint-Aubin-sous-Erquery à Fouilleuse est le principal axe traversant le village. Celui-ci pénètre sur le territoire par la grande rue à l'ouest et quitte la commune par la rue de l'ormaie à l'est. La route départementale 137 (D 37), qui débute à l'entrée ouest du village, rejoint Catenoy puis s'étend jusqu'à Noailles en passant par les chefs-lieux de cantons Liancourt et Mouy. Plusieurs routes communales relient également Maimbeville aux communes voisines : ainsi, les rues d'Épineuse (au sud-est), de Rémécourt (au nord-ouest) se dirigent vers les communes du même nom. Le chemin de la Croix de Justice, transformé en route, relie la commune à la D 37. Cette dernière, axe régional, suit l'itinéraire Clermont-Gournay-sur-Aronde et longe la limite nord de la commune.

Les gares les plus proches de la commune sont celles de Clermont à 8,8 km au sud-ouest, sur la ligne Paris-Nord - Lille et d'Estrées-Saint-Denis à 9 km au nord-est, sur la ligne d'Ormoy-Villers à Boves. La commune est desservie par le réseau Kéolis Oise du conseil général de l'Oise par une ligne de transports scolaires rejoignant les établissements secondaires de l'agglomération de Clermont par un unique arrêt situé dans le village. Une navette de regroupement pédagogique intercommunal dessert Maimbeville et la commune voisine de Catenoy par ce chef-lieu et le hameau de Luchy.

L'aéroport de Beauvais-Tillé se situe à 30 km à l'ouest et l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle se trouve à 45,7 km au sud. Il n'existe aucune liaison entre la commune et ces aéroports par des transports en commun.

Le sentier de grande randonnée 124 (GR 124), reliant Cires-lès-Mello (Oise) à Rebreuviette (Pas-de-Calais) arrive sur le territoire par le fond de l'Hardière (au sud-est) puis passe par le fond Jude et rentre dans le village par le bois de Morne, à l'est. L'itinéraire balisé suit ensuite les rues des Fosses et de l'Église puis quitte le chef-lieu par le nord-ouest. Il rejoint le village de Rémécourt par la fosse du Bailly, à l'ouest. Les circuits n° 8 et n° 9 du GEP Centre Oise traversent également le territoire. Le circuit n° 8, partant de Fitz-James, arrive dans la commune par le fond de la Gorgue (au sud-ouest), passe au sud du village puis rejoint le fond de l'Hardière. Il rejoint le GR 124 puis le quitte au niveau du bois de Morne. Celui-ci passe à proximité du village sort alors du territoire en rejoignant le lieu-dit « le Chausson » puis se dirige vers Rémécourt. Au niveau de la croix de Justice, une variante rejoint le moulin de Fouilleuse. Le circuit n° 9, partant de Rémécourt, suit le circuit n° 8 à l'envers jusqu'à la D 532 où il suit un chemin passant au nord du chef-lieu. Il quitte la commune en rejoignant le GR 124 au niveau de la rue de Rémécourt.

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs.

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat complétée par des études régionales prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Airion », sur la commune d'Airion, mise en service en 1989 et qui se trouve à 8 km à vol d'oiseau,, où la température moyenne annuelle est de 10,9 °C et la hauteur de précipitations de 663,5 mm pour la période 1981-2010. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944 et à 30 km, la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000 à 10,6 °C pour 1981-2010, puis à 11,1 °C pour 1991-2020.

Milieux naturels

Hormis les espaces bâtis, qui couvrent 4,2 % de la commune sur 24 hectares, le territoire se compose à 87 % de cultures sur 511 hectares. Les espaces boisés que compte la commune tel que le bois de Morne à l'est et les parcelles situées sur les coteaux des fonds Jude, Monet de la Gorgue rassemblent 44 hectares pour 7,6 % de la surface communale. Les vergers et prairies regroupent quant à eux 6 hectares,.


Urbanisme

Typologie

Maimbeville est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee,,,.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne. Cette aire regroupe 1 929 communes,.

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (94,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (95 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (87,4 %), zones agricoles hétérogènes (7,1 %), zones urbanisées (4,8 %), forêts (0,4 %), prairies (0,3 %).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui).

Hameaux et lieux-dits

L'habitat se concentre en majeure partie dans le chef-lieu de Maimbeville. L'ancien hameau de la Vallée, situé rue des Vallées, n'est plus occupé que par quelques maisons. Une habitation unique se trouve également le long de la D 137.

Les lieux-dits sont les suivants : le Chausson, les Longues Haies, le Pré, le Muid, la Pale, les Tailles, le Tirefort, les Pierrettes, la Crainquaine, sur les Vallées, Vignes de la Ville, la Gollière, la Gorgue, la Sonnerie, les Grouettes et Coteron.

Morphologie urbaine

En 1890, le village, placé sur le versant d'un coteau, se compose de plusieurs rues tortueuses, dont les principales sont la Grand'rue et la rue de la Ville. On y comptait 85 maisons. De nos jours, l'habitat s'est étendu vers l'est du chef-lieu.

Toponymie

Le village a souvent changé de nom au cours de son histoire :

  • 1157 : « Manduville » (également « Maimboldi villa », « Meinbuevilla », « Manduvilla » ou « Manubevilla »).
  • 1209 : « Meinboeville »
  • 1267 : « Meinbeville »
  • 1281 : « Maimbevile »
  • 1303 : « Maimbeville » (également « Mainbeville » ou « Méneville »)
  • De nos jours : « Maimbeville » a pris son nom de « Maimboldi Villa », c'est-à-dire « la villa », la ferme Maimbold.

Histoire

Moyen Âge et Renaissance

La seigneurie appartenait au XIIe siècle à une famille qui avait pris le nom de la commune : on peut citer, en 1181, Renaud de Maimbeville, en 1209 et 1218, Simon, en 1267 et 1281, Jean, chevalier. En 1373, Aubert et Philippe de Maimbeville tenaient leurs fiefs à Warty et au Metz. Dès 1157 la cure était à la collation de l'abbaye Saint-Lucien de Beauvais, qui percevait les dîmes du terroir. Il y avait aussi à Maimbeville une chapelle à la collation de l'abbaye Saint-Lucien.

En 1539, Galarche de Berthancourt était seigneur de Maimbeville ; la terre fut saisie en 1621 sur Louis de Berthaucourt et acquise par Nicolas Thibault, seigneur de Beaurains et de Courcelles, maître des comtes.

Époque moderne

En 1743 la seignerie de Maimbeville était aux héritiers d'Anne-Catherine Thibault ; elle passa ensuite à Henri-François de Clinchamp, et, en 1777, à M.Richer, qui la possédait encore en 1789. Près du cimetière, s'élevait l'ancien hameau de la Vallée, dont il ne subsiste qu'une maison. La population n'a d'autre occupation que l'agriculture : en 1763, 470 mines de terre, dont 195 mines de bonne terre, 175 de médiocre et 101 de mauvaise, étaient cultivées par leurs propriétaires et 817 étaient tenues à ferme. La commune, avec ses coteaux exposés au sud, se prêtait à la culture de la vigne, qui fut longtemps la principale ressource des habitants; en 1763, les vignes ne s'étendaient déjà plus que sur 44 arpents. De 20 hectares en 1789, la contenance du vignoble était descendue à 15 hectares en 1836, elle ne tarda pas à décroître encore, et aujourd'hui il ne reste plus trace des vignes de Maimbeville. Le vignoble était divisé en très petites parcelles, puisqu'en 1789 on ne comptait pas moins de 39 vignerons ; il n'y avait, dans la paroisse, à cette date, que 7 laboureurs et 11 manouvriers. On trouvait autrefois deux moulins à vent sur le territoire de la commune.

Dans leurs cahiers de doléances rédigés en 1789, les habitants se plaignaient : être écrasés par les impôts tandis que les bois, pares, remises, forêts, ne paient rien au roi ; d'être imposés trop haut pour la corvée, alors que les grandes routes ne sont fréquentées que par les carrosses, les postes, les grosses voitures publiques et marchandes; de la cherté du sel ; des dommages causés par les grandes chasses qui passent à travers les blés et de la multiplication du gibier de toute espèce ; des procédures accumulées pour rendre la justice ; des extractions des huissiers priseurs et des huissiers ordinaires ; d'être accablé par le grand nombre de pauvres ; d'être accablés par la charge de bâtir et réparer les presbytères ; de n'avoir obtenu aucune diminution d'impôts. Les députés de la paroisse à l'assemblée du bailliage de Clermont furent Jacques Bourré, laboureur, et Jean Beaufils, vigneron.

La commune de Fouilleuse fut annexée à Maimbeville de 1828 à 1834. Jean Roblot, de Maimbeville, décédé à Paris en 1833, a légué aux pauvres de la commune 450 francs de rente, qui ont servi à fonder le bureau de bienfaisance. Le , un violent incendie réduisit en cendres 22 maisons du village et leurs dépendances. L'année précédente, la fièvre typhoïde y avait sévi et fait beaucoup de victimes. En 1890, près de l'église, se trouvaient les ruines de l'ancienne maison seigneuriale, dont il ne subsistait que deux grosses tours et de vastes souterrains. La population du chef-lieu était de 273 habitants.

Politique et administration

Municipalité

Le conseil municipal est composé d'un maire, de trois adjoints (maximum) et de SIX conseillers municipaux. Le maire et le premier adjoint sont membres délégués auprès de la communauté de communes du Pays du Clermontois.

Liste des maires

Collection James Bond 007

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004.

En 2018, la commune comptait 406 habitants, en augmentation de 4,37 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (16,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,6 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,4 % d’hommes (0 à 14 ans = 25,3 %, 15 à 29 ans = 14 %, 30 à 44 ans = 30,3 %, 45 à 59 ans = 15,2 %, plus de 60 ans = 15,2 %) ;
  • 50,6 % de femmes (0 à 14 ans = 26,9 %, 15 à 29 ans = 12,6 %, 30 à 44 ans = 24,2 %, 45 à 59 ans = 18,7 %, plus de 60 ans = 17,5 %).

Lieux et monuments

Monuments historiques

La commune possède un unique monument historique sur son territoire.

  • Église Saint-Martin, rue de l'Église (classée monument historique par arrêté du ) : Elle a été construite sous une seule campagne pendant la première moitié du XVIe siècle, dans le style gothique flamboyant. À l'extérieur, le clocher trapu et la faible hauteur des murs des bas-côtés de faible hauteur suggèrent une modeste église rurale, et les fenêtres sans remplage évoquent une construction rustique. Le transept et l'abside autrement plus élancés paraissent en décalage avec les parties occidentales. À l'intérieur, l'église Saint-Martin s'avère tout au contraire homogène, mais également inachevée. La nef est tout aussi élevée que le chœur, et la largeur du vaisseau central est considérable. Les grandes arcades, les piliers ondulés et les voûtes d'ogives des parties orientales sont très soignés. Ainsi c'est l'ambition du projet architectural qui empêcha certainement le voûtement de la nef et des bas-côtés, et retarda l'exécution du bas-côté sud, tandis que les fenêtres semblent bien avoir possédé des réseaux flamboyants, qui semblent seulement avoir disparu. Sur le modèle de l'église de Nointel, la nef a finalement été munie de voûtes d'ogives en matériaux légers après 1870, alors que les bas-côtés conservent leurs plafonds plats provisoires.

Autres monuments

  • Tour ronde en briques, rue Neuve
  • Monument aux morts, place de Verdun
  • Croix, place de Verdun
  • Calvaire, rue des Vallées
  • Cimetière, au sud de la commune

Personnalités liées à la commune

  • Michel Dubost (né en 1943), écrivain passa de longues périodes de 1950 à 1973 dans la propriété de ses parents, souvent appelée « le Château ».

Héraldique

Voir aussi

Bibliographie

Articles connexes

  • Église Saint-Martin de Maimbeville
  • Liste des communes de l'Oise

Liens externes

  • Maimbeville sur le site de l'Institut géographique national

Notes et références

Notes

Références

Ouvrages

  • A. Debauve et E. Roussel, Clermont et ses environs, Res Universalis, , 160 p.

Autres sources

  • Portail de l’Oise
  • Portail des communes de France

Maimbeville


Langue des articles



Quelques articles à proximité