Pont-Sainte-Maxence


Pont-Sainte-Maxence


Pont-Sainte-Maxence est une commune française située dans le département de l'Oise, en région Hauts-de-France.

Géographie

Situation

La commune de Pont-Sainte-Maxence est située dans le Bassin parisien, dans le sud de la région Hauts-de-France et au nord du massif des Trois Forêts. Elle appartient historiquement à la région du Valois.

Pont-Sainte-Maxence est située, à vol d'oiseau, à 41 km de Beauvais, 69 km d'Amiens et 53 km de Paris.

En 2015, Pont-Sainte-Maxence est le centre d'une unité urbaine (ou agglomération au sens de l'Insee) regroupant les communes des Ageux et Pontpoint totalisant 16 904 habitants en 2012. La commune elle-même se compose de la ville qui lui donne son nom, du village de Sarron et du hameau de Villette (anciennement Le Plessis-Villette), anciennes communes de l'Oise.

Communes limitrophes

Pont-Sainte-Maxence compte treize communes limitrophes au total. Certaines d'entre elles ne touchent le territoire communal de Pont-Sainte-Maxence que sur une longueur très limitée : 150 m pour les deux communes de Sacy-le-Grand et Cinqueux, 350 m pour Brenouille et 750 m pour Saint-Martin-Longueau.

Géologie et relief

La commune est située dans la frange nord du Bassin parisien, une vaste zone sédimentaire formée par des dépôts successifs de sédiments et par des séries de transgressions marines. Le sous-sol du territoire se constitue de couches de calcaire grossier et de calcaire coquillier d'âge tertiaire. Ces couches ont formé, au sud de la commune, le plateau du Valois-Multien qui s'élève en pente douce vers le nord. Entre ces plateaux, l'Oise forme une plaine alluviale,.

Pont-Sainte-Maxence a un sous-sol relativement récent puisque les roches affleurantes les plus anciennes datent de l'Éocène. Le fond de vallée, occupé par les quartiers en rive droite — Faubourg de Flandre et Sarron — ainsi qu'une partie du centre-ville en rive gauche est installé sur des alluvions d'âge quaternaire déposées par l'Oise. En rive droite, d'autres strates sédimentaires recouvrent le territoire communal. Les argiles plastiques et lignites du Soissonnais datant de l'Yprésien affleurent sur une partie du quartier de Sarron et dans le bois homonyme. Des sables de Bracheux, plus anciens (Thanétien), affleurent dans le hameau de Villette.

La rive gauche présente un profil géologique plus complexe qu'en rive droite. On retrouve l'affleurement d'argiles plastiques et lignites du Soissonnais sur un axe qui suit la RD 120, menant à Beaurepaire, et la RD 123, menant à Pontpoint. Les flancs de vallée sont recouverts par une couche de sables de Cuise datant toujours de l'Yprésien. Sur la frange sud de la commune, installée sur le plateau du Valois et occupée par la forêt d'Halatte, est recouverte de roches datant du Lutétien puis du Bartonien à mesure du rapprochement du Mont Pagnotte et de la butte de Saint-Christophe. Des colluvions sont également présents sur la montagne de Calipet. Ces dépôts de pente sont des roches détritiques composées d'un mélange de sables de Cuise, de sables dolomitiques lutétiens et de blocs de calcaire grossier.

Le relief s'adapte à la nature géologique des sols. Le fond de vallée constitue une plaine alluviale humide. L'urbanisation s'est fait le long du coteau boisé du Valois-Multien qui occupe le sud du territoire communal.

La superficie de la commune est de 1 476 hectares, ce qui équivaut à la superficie moyenne d'une commune de France métropolitaine qui est d'environ 1 510 hectares. Son altitude varie de 27 à 126 mètres Le point le plus haut de la commune est situé au poteau de la Croix du Grand Maître dans la forêt d'Halatte en limite des communes de Pontpoint et Villers-Saint-Frambourg. Le point le plus bas est situé au bord de l'Oise à la limite de la commune de Brenouille.

Hydrographie

La ville est drainée d'est en ouest par l'Oise, affluent de la Seine. Son débit a été observé pendant une période de 24 ans (-) à l'écluse de Sarron. En aval de la commune, le bassin versant de la rivière couvre 14 200 km2. Le module de la rivière à Pont-Sainte-Maxence est de 109 m3/s. Un débit moyen record de 665 m3/s a été atteint le .

Un autre cours d'eau, la Frette, naît dans les marais de Sacy-le-Grand et conflue avec l'Oise au niveau du Faubourg de Flandre. Elle marquait la limite communale entre Pont-Sainte-Maxence et Sarron avant leur fusion et maintenant avec Les Ageux. D'autres cours d'eau de plus faible importance parcourent le territoire communal en rive gauche. Le Fossé de la Cascade est un bras de l'Oise qui coule en aval de la ville au lieu-dit la Grande Pièce et rejoint la rivière au niveau de Beaurepaire. Un autre cours d'eau prend sa source dans le quartier de Fond Robin et se jette dans l'Oise au niveau de la piscine.

Climat

Située à 121 km de la Manche, Pont-Sainte-Maxence connaît un climat océanique dégradé, comparable à celui du Nord de l'Île-de-France.

La station météorologique la plus proche est celle de Creil, qui constate des précipitations réparties également toute l'année, avec des maxima au printemps et en automne, le mois de février étant le plus sec, aboutissant à un total annuel des précipitations relativement modeste (690 mm à Creil).

L'amplitude thermique moyenne entre l'hiver et l'été ne dépasse pas 15 °C.


Milieux naturels

Les bois occupent une grande partie de la commune au nord et au sud. Au nord, le bois de Sarron est une chênaie humide voire chênaie acidiphile lorsque le sol est sableux. Au sud, la forêt d'Halatte est principalement constituée de chênaie-hêtraie, de chênaie-charmaie et de chênaie acidiphile. La forêt fait l'objet d'un classement en zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) et en zone Natura 2000.

Les prairies ne subsistent qu'à Sarron et au faubourg Cajeux. Les prairies humides se retrouvent en fond de vallée, au lieu-dit la Grande Pièce. Les prairies de Sarron sont, quant à elles, des prairies fauchées. Des friches herbacées et arbustives, résultant de l'abandon de toute exploitation, sont présentes au Champ Lahyre, au faubourg Cajeux et à Villette. La présence de mares et d'étangs est attestée dans la boucle de Pontpoint, dans le bois de Sarron et près de l'abbaye du Moncel.

Voies de communication et transports

Réseau routier

Pont-Sainte-Maxence est située sur un important axe nord-sud, l'ex-RN 17 (actuelle RD 1017). Elle relie Le Bourget dans l'agglomération parisienne au Nord-Pas-de-Calais, et sur un plan local, Pont à Senlis (12 km), ainsi qu'à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (40 km). Le pont de l'Oise situé sur cette route constitue un point de passage obligatoire entre Creil et Verberie pour les déplacements locaux entre les deux rives.

Dans le sens est-ouest, Pont-Sainte-Maxence est concernée par plusieurs routes départementales. Sur la rive gauche de l'Oise, la RD 123 relie la ville à Pontpoint, Verberie et Compiègne, et la RD 120 mène à Verneuil-en-Halatte et Creil (ainsi qu'à Villers-Saint-Frambourg par la forêt d'Halatte). Sur la rive droite de l'Oise, la RD 29 permet de rejoindre la voie express de la RD 200 en direction de Creil. Cette route coupe également la RD 1017 au nord de Pont, et traverse le territoire communal entre Sarron et le hameau de Villette.

La RD 200, qui relie Creil à Compiègne donne accès à l'échangeur no 9 « Pont-Sainte-Maxence » de l'autoroute A1, distant de 11 km. Son élargissement à deux fois deux voies entre Pont-Sainte-Maxence et Creil commence en 2020, pour une fin de chantier escomptée en 2030.

Transport en commun

La gare de Pont-Sainte-Maxence est le principal arrêt entre Creil, à 12 km, et Compiègne, à 22 km. L'ensemble des TER Picardie circulant sur cette relation s'arrêtent en gare de Pont. S'y ajoutent trois à quatre Intercités par sens, partant de matin à midi pour Paris, et retournant le soir. En 2015, le nombre de trains proposés en direction de Compiègne est de vingt-cinq du lundi au vendredi et de onze le week-end. En direction de Creil, le nombre de trains proposés est de vingt du lundi au vendredi, et de quatorze le week-end. La plupart de trains sont en provenance ou à destination de la gare de Paris-Nord ; des changements en gare de Creil n'étant nécessaires que pour un train sur six environ. La distance ferroviaire de Paris est de soixante-deux kilomètres.

Toujours en 2015, Pont-Sainte-Maxence est desservie par quelques lignes interurbaines du réseau du conseil général de l'Oise (réseau départemental Sud-Oise), exploité par Keolis Oise. Ces lignes sont les suivantes :

  • 2 Pont-Sainte-Maxence - Brenouille - Creil (les jours scolaires uniquement, sauf un aller simple qui circule aussi pendant les vacances scolaires) ;
  • 8C Pont-Sainte-Maxence - Les Ageux - Saint-Martin-Longueau - Sacy-le-Petit (les jours scolaires uniquement) ;
  • 10A et B Senlis - Fleurines - Pont-Sainte-Maxence - Pontpoint - Verberie (- Compiègne) (deux aller-retours du lundi au vendredi, plus de nombreux renforts en période scolaire).

La desserte est orientée essentiellement vers les besoins des élèves des communes voisines scolarisés à Pont-Sainte-Maxence, et des lycéens de Pont-Sainte-Maxence scolarisés à Senlis. L'offre de transports en commun reste faible en dehors des périodes scolaires.

La ville de Pont-Sainte-Maxence propose un petit réseau d'autobus urbains entièrement gratuits baptisée « TUM » (Transports Urbains Maxipontains).

En 2015, la ligne principale porte le no 1 et relie le quartier des Terriers au sud-ouest à la gare SNCF en passant par le centre-ville. Du lundi au vendredi, elle fonctionne de h 10 à 20 h 10 à raison de vingt aller-retours par jour. Le samedi et du lundi au vendredi en juillet et août, l'amplitude est réduite et va de h 40 à 18 h 10, et la fréquence est de douze aller-retours seulement. Le village de Sarron est desservi par la ligne circulaire no 2 depuis la gare, trois fois le matin et quatre fois le soir, du lundi au vendredi sauf en juillet et août. Une liaison entre Sarron et le centre-ville n'existe plus. La ligne no 3 relie quant à elle la gare à la zone industrielle Pont Brenouille, également sans correspondances systématiques avec la ligne no 1. Cette ligne no 3 fonctionne du lundi au samedi, avec une fin de service le samedi après-midi, mais tout comme sur la ligne no 2, aucun service n'est assuré pendant les mois de juillet et août. Sur tout le réseau, les horaires ne sont pas cadencés. Les correspondances avec le TER Picardie sont assurées le matin en direction de Paris, et le soir en provenance de Paris.

Le TUM dispose également d'une application Android et iOS dénommée "Pont Sainte Maxence" qui permet aux Maxipontains de faciliter leurs déplacements quotidiens,.

Elle permet par ailleurs de trouver facilement des restaurants, toutes les informations de la ville, les horaires des films pour le cinéma ...

En , l'application a fait son succès, Clément Weibel le créateur de l'application, est apparu dans le journal "Le Parisien" de l'édition de l'Oise, ainsi que l'Oise Hebdo.

Transport fluvial

L'Oise est une voie navigable importante. Elle fait la jonction entre le Bassin parisien et le Nord de la France.

À Sarron, un premier barrage sur l'Oise est créé à la suite de la loi du . Le barrage est adapté aux chalands de 7,5 m et d'une capacité de 200 t. En 1891, un canal de dérivation est creusé pour faciliter la navigation avec une deuxième écluse. Des travaux de réaménagement sont effectués en 1976. En 2008, environ 800 bateaux de plaisance et 6 500 bateaux de marchandises sont passés par l'écluse. Un nouveau barrage est construit en 2009. Le barrage de Sarron est l'un des sept construits sur l'Oise.

L'activité fluviale a également été importante à Pont. La ville possédait un port en amont du pont. Il servait au transport de marchandises, notamment le blé et le vin. Il y avait également un port à sable en aval du pont et un port à bois situé quai du Mesnil-Châtelain. L'activité portuaire décline avec l'arrivée de nouveaux moyens de transport. Aujourd'hui, la commune compte un port de commerce près de la zone industrielle. C'est un port principalement céréalier, considéré comme le premier de la vallée de l'Oise. En 2008, 270 000 t de produits, majoritairement des céréales y ont été chargées tandis que 25 000 t de produits y ont été déchargées.


Urbanisme

Typologie

Pont-Sainte-Maxence est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee,,,. Elle appartient à l'unité urbaine de Pont-Sainte-Maxence, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes et 16 723 habitants en 2017, dont elle est ville-centre,.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne. Cette aire regroupe 1 929 communes,.

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (47,9 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (48,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (47,9 %), zones urbanisées (22,9 %), eaux continentales (11,4 %), terres arables (6,8 %), prairies (3,5 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,1 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (2,4 %), zones agricoles hétérogènes (2 %).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui).

Morphologie urbaine

Le territoire de Pont-Sainte-Maxence est segmenté en plusieurs parties :

  • un espace boisé au nord par le bois de Sarron et au sud par la forêt d'Halatte sur les coteaux et le plateau ;
  • une zone humide formée par l'Oise et les plans d'eau à l'est de la commune ;
  • une zone d'activités sur la rive droite de la rivière ;
  • une zone urbanisée qui s'étend de part et d'autre de la rivière avec un mélange d'habitats individuels et d'habitats collectifs.

L'urbanisation suit un axe est-ouest le long de l'Oise et un axe nord-sud le long de la route nationale.

Centre-ville

Le centre-ville de Pont-Sainte-Maxence s'étend des deux côtés des rives de l'Oise dans le périmètre des anciens remparts. Le quartier s'articule autour des deux voies structurantes que sont la RD 1017 (route des Flandres) et la rue Charles-Lescot. Il accueille les petits commerces de proximité et des services, regroupés dans les rues Henri-Bodchon et Charle- Lescot. Le bâti a souffert des conflits mondiaux du XXe siècle, les habitations datent du XIXe siècle dans la rue Charles-Lescot mais deviennent plus récentes en s'éloignant du centre. Le réseau de voies est dense, tout comme le bâti. L'habitat s'organise en maisons individuelles et en petit collectif de faibles hauteurs d'où émergent l'église Sainte-Maxence et l'hôtel de ville.

Faubourg du Moncel

Le faubourg du Moncel s'étend à l'est du centre-ville, en limite de Pontpoint. Il doit son nom à l'abbaye du même nom toute proche. Dans ce quartier se trouve le château Primet, déjà présent sur une carte du XVIIe siècle. Le parc du domaine de Saultemont, dépendant du château, a été reconverti dans les années 1970 en parc de logements collectifs constitué de barres d'immeubles. Le château a quant à lui été réhabilité dans les années 2000.

Les fonds (Fond Robin / Montignette / Source aux Moines)

Les fonds se trouvent au sud de la commune, dans des fonds de vallée au pied des coteaux menant à la forêt d'Halatte. La configuration topographique du secteur conduit à une urbanisation en « doigts de gant ». Cette configuration fait qu'il n'existe aucune liaison directe entre les fonds de vallée. Les cartes et témoignages anciens attestent d'une occupation humaine comme l'indiquent la chapelle Saint-Jean et le moulin de l'étang de la Source aux Moines qui démontre l'humidité régnante dans ces fonds. L'habitat qui s'y développe est essentiellement individuel avec des pavillons. On note la présence d'un grand ensemble à Fond Robin et d'une cité d'urgence à la Source aux Moines. Le quartier de Fond Robin accueille l'hôpital Georges-Decroze ainsi qu'une entreprise.

Faubourg Cajeux

Le faubourg Cajeux s'étend le long de la rue Louis-Boilet, à l'entrée ouest de la ville en venant de Beaurepaire. Il est délimité au sud par le coteau de la forêt d'Halatte. Le quartier est ancien : un pâté de maisons se regroupait déjà autour de la porte de Creil. Ces habitations se sont étendues plus à l'ouest ; en 1830, un groupe d'habitations est présent au lieu-dit Mainbertin (nom de l'époque). Le faubourg Cajeux conserve un bâti discontinu jusqu'à la fin du XXe siècle, la construction de nouvelles habitations venant combler les vides.

Mimbertin est aujourd'hui le nom d'une cité. C'est anciennement un hameau situé à l'extérieur des remparts. Le lieu-dit était principalement marécageux mais on y cultivait le chanvre et la vigne. Mimbertin a ensuite donné son nom à la rue qui menait vers Creil à l'ouest.

Les Terriers

Le quartier des Terriers est le plus récent de la commune. Il s'agit d'une zone d'aménagement concertée (ZAC) créée dans les années 1970. Initialement appelé les Jonquilles, le quartier est construit sur le plateau et domine le centre-ville. Si aujourd'hui, les Terriers rassemblent le tiers de la population, il reste mal relié au reste de la commune puisqu'une seule voie routière permet d'y accéder. Cette situation renforce le sentiment d'isolement. L'habitat s'organise autour d'un grand ensemble de logements collectifs ceinturé par un ensemble de maisons pavillonnaires. La voie d'accès pénètre dans le quartier par le sud-est et fait le tour du grand ensemble. Des voies secondaires s'en détachent pour desservir les lotissements pavillonnaires.

Le quartier accueille en outre la piscine municipale Jacques-Moignet et le collège public Raymond-et-Lucie-Aubrac,.

Quartier de la Gare

Si le chemin de fer arrive à Pont en 1847, le secteur ne commence à s'urbaniser qu'un demi-siècle plus tard, impulsé par les usines à l'ouest et l'urbanisation le long de la route des Flandres. Situé à la limite des Ageux, le quartier présente un paysage hétérogène : des maisons individuelles accolées les unes aux autres aux pavillons s'étendant le long de la Frette en passant par le grand ensemble Pompidou construit à partir de 1967. Outre la gare, le quartier dispose d'une résidence pour personnes âgées ainsi qu'un centre commercial.

Quartier des Usines

Le quartier des Usines est situé en rive droite et se prolonge en zone industrielle sur la commune de Brenouille. Il est délimité au nord par la voie ferrée et au sud par les berges de l'Oise. C'est un quartier récent qui se développe à la fin du XIXe siècle après l'arrivée du chemin de fer et des premières usines. Les premiers bâtiments se concentraient à l'est, près de la gare et du centre-ville puis le quartier des usines se développe vers l'ouest, le long de la route départementale menant à Brenouille. Ce quartier conserve un lourd héritage industriel. L'implantation des usines s'accompagne de la construction de logements formant des cités ouvrières. Le déclin de l'industrie a amené le quartier à se diversifier et à se redynamiser ; l'arrivée d'une crèche doit accompagner ce mouvement,.

Sarron

Sarron est une ancienne commune rattachée à Pont-Sainte-Maxence en 1951. Elle dépendait administrativement du canton de Liancourt et de l'arrondissement de Clermont. C'est un village rural ancien qui s'organise selon le schéma classique du village-rue autour de la place des Prés-Hauts, de l'église, de la rue Pelée, de la rue Pernot, de la rue de la Plaine et du sentier du Clos qui en constituent le cœur historique. Après le rattachement, le centre du bourg s'est considérablement développé avec la construction de pavillons récents le long des rues. Le quartier conserve son identité « villageoise » mais l'absence de commerces ne lui donne qu'une vocation résidentielle.

Sarron s'est étendu en direction de Pont-Sainte-Maxence durant la seconde moitié du XXe siècle à travers les espaces agricoles qui forment la Plaine de Sarron. L'urbanisation s'est faite en continuité le long de la rue Robert-Heschel vers la gare et du quai de la Libération vers la ville qui prennent place sur d'anciens chemins vicinaux. Il ne reste qu'un îlot d'espaces agricoles au milieu de ces maisons. Toute la zone est exclusivement résidentielle, l'école maternelle en est le seul équipement.

La dérivation de l'Oise pour la mise en place de l'écluse a amené la création d'un île artificielle qui n'est accessible que par un unique pont routier. Elle est traversée du nord-est au sud-ouest par une seule rue qui longe le canal de dérivation. Quelques pavillons s'y trouvent, orientés vers la plaine agricole de Sarron.

Le Plessis-Villette

Le Plessis-Villette ou hameau de Villette est une ancienne commune rattachée à Sarron en 1826. Le hameau s'est constitué autour d'un château et de son parc et est délimité à l'est par le bois de Sarron. Il est relié par deux routes à Saint-Martin-Longueau et par une voie communale à Sarron.

L'Évêché

Le lieu-dit la Ferme de l'Évêché est un écart de Sarron en rive gauche dans la boucle de Pontpoint. Cet écart est constitué d'un ancien corps de ferme auquel se sont ajoutés des hangars, des dépôts et des ateliers. Quelques cabanes se sont installées sur les berges.

Habitat

Selon le recensement de la population mené par l'Insee, l'évolution du parc de logement de Pont-Sainte-Maxence entre 2011 et 2016 était :

En 2013, le nombre total de logements dans la commune était de 5 639, alors qu'il était de 5 218 en 2008. Ces logements étaient pour 47,9 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 51,9 % des appartements. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 42,8 %, en baisse par rapport à 2008 (44,8 %). La part de logements HLM loués vides était de 36,7 % contre 34,6 %, leur nombre étant en augmentation (233 logements).

La part des logements, résidences principales de leurs occupants, est légèrement plus élevée à Pont-Sainte-Maxence qu'au niveau départemental (93,4 contre 90,9). La part des logements vacants est légèrement inférieure au niveau de la commune qu'au niveau du département (6,1 contre 6,6). En revanche, la part des ménages propriétaires de leur logement est nettement plus faible à Pont-Sainte-Maxence que dans l'Oise (42,8 contre 61,8),,.

Le besoin de construction de logements sociaux est important en 2019, année ou 450 foyers ont demandé à être logés ou relogés dans le parc de logements sociaux.

Projets d'aménagement et aménagements récents

En signant la charte du parc naturel régional Oise-Pays de France, Pont-Sainte-Maxence s'engage à réaliser une étude urbaine de son territoire avant de réviser son PLU. En 2014, cette étude urbaine est intégrée au PLU.

Aménagements récents

En 2003, la ville approuve le Schéma Départemental d'Accueil des Gens du Voyage (SDAGV) et propose une aire d'accueil d'une capacité de 30 places au lieu-dit du Champ Lahyre.

Projets d'aménagement

Dans le cadre de l'amélioration des conditions de circulation à Pont-Sainte-Maxence, un projet de déviation de la ville est en étude.

Début 2015, des projets d'aménagement émergent à Sarron comme la création de jardins familiaux ou une aire de résidentialisation pour les gens du voyage. L'un de ces projets concerne la reconversion de la plaine agricole centrale. Ce projet est à l'état de concertation au début de l'année.

Un projet de construction d'un nouveau gymnase est prévu pour la fin de l'année 2015. Ce gymnase doit comprendre une salle d'évolution, une salle d'activités, un dojo et une salle d'escrime.

En 2015 est lancé la première tranche de la construction d'un ensemble de logements sociaux, dont une partie en accession sociale à la propriété à l'angle de la rue Saint-Amand et du quai de la Pêcherie par l'OPAC de l'Oise sur les plans de l'architecte Guy Saint-Macary. La seconde tranche débute fin 2019 et permet la construction de 68 logements, dont 36 destinés à la location, parmi lesquels 10 appartements seront réservés aux seniors, le surplus étant destiné à être vendu en accession sociale à la propriété.

En 2017, la municipalité décide de poursuivre ses efforts pour susciter la création de nouveaux logements de statuts diversifiés : une quinzaine de logements de standing dans l'ancienne maison des associations, 20 logements à Sarron en promotion, ou réhabiliter le parc existant (réhabilitation du quartier de la Source-aux- Moines, d'un coût total de 2 millions d'euros, puis à terme la rénovation du quartier des Terriers).

En 2020 s'engage la requalification des abords de l'ex-RN 17, depuis la gare de Pont-Sainte-Maxence vers Les Ageux, avec la transformation d'une friche commerciale par un promoteur qui y réalise de 44 logements. La construction d'un lycée est programmée pour 2022 de l'autre côté de la route

Risques majeurs

Pont-Sainte-Maxence fait partie de la zone inondable de l'Oise dont l'atlas a été diffusé le . La commune a fait l'objet de sept arrêtés portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle depuis 1993. À ce titre, elle adhère au plan de prévention du risque inondation (PPRI) de Compiègne-Pont. La commune est concernée par la zone rouge (gel de l'urbanisation) et la zone bleue (construction sous conditions). Sur le territoire, les parties en zone rouge sont les abords de l'Oise, l'île de Sarron, le lieu-dit la Grande Pièce et l'Évêché. En zone bleue sont concernés le Faubourg de Flandre, une partie de la zone industrielle et les abords du stade municipal.

La localité est exposée à l'aléa retrait-gonflement des argiles entraînant des fissures dans les bâtiments. L'importance de cet aléa est liée à la nature géologique des sols. Sur le territoire communal, les zones situées en aléa fort correspondent aux terrains datant de l'Yprésien. Le reste de la commune est située en aléa moyen sauf la forêt d'Halatte et le quartier des Terriers.

Pont-Sainte-Maxence est située en zone de sismicité très faible de niveau 1 sur une échelle de 1 à 5 tout comme le reste de l'Oise.

L'entreprise Hüttenes Albertus, située dans la zone industrielle de Pont-Brenouille, a été classée Seveso niveau haut en . Sa présence a nécessité la mise en place d'un plan de prévention des risques technologiques (PPRT) pour les communes de Beaurepaire, Brenouille, Pont-Sainte-Maxence et Les Ageux. Les activités de cette entreprise sont susceptibles d'engendrer des risques d'incendie et de diffusions de vapeurs toxiques et nocives.

Toponymie

La commune aurait porté les noms de Litanobriga, Levandriac, Levandrie, Pont, Pont-Maxence, Pont-Montagne, Pont-la-Montagne, Pont-sur-Oise. Le nom actuel est adopté en 1794.

D'après Maurice Lebègue et Jacques Chaurand, le nom de la commune provient du nom latin pons/pontem signifiant « pont » et du déterminatif sancta Maxentia désignant Sainte Maxence. Les formes anciennes de la ville sont ad sanctam Maxentiam en 673 puis Portos ad sancta Mascentia en 779.

Selon la légende, Maxence a vécu au Ve siècle. Elle était la fille de Malcolm, roi des Scots en Irlande et a été convertie à la chrétienté par saint Patrice. Son père la promet à un prince païen nommé Avicin mais Maxence préfère s'enfuir. Elle traverse la Manche sur un navire, débarque en Gaule puis parvient au bord de l'Oise. Là, elle jette trois pierres dans la rivière pour la franchir car l'accès au pont lui aurait été interdit. Ces pierres seraient toujours présentes dans le fond du lit. Cependant, Avicin la retrouve et, voyant Maxence persister à refuser ses avances, il lui tranche la tête avec son épée. C'est alors que Maxence se lève, ramasse sa tête avant de la nettoyer et marche jusqu'au lieu où elle veut être enterrée, près d'une fontaine située dans l'actuelle rue Sainte-Maxence

Le toponyme Sarron, selon Ernest Nègre, provient du nom de personne germanique Sarrato(n). L'ancienne commune est connue sous les noms de Sarodo en 766, villa Sarodo en 1037, Serronem en 1151, Charron en 1221. La forme actuelle apparaît dès 1217.

Le toponyme Le Plessis-Villette provient du marquis Charles de Villette qui y construit un château en 1763. Auparavant, il s'agissait d'un hameau dépendant de Saint-Martin-Longueau connu sous les noms de Plessier lez longueaue en 1539, Plessier les Longueseaux en 1637 et enfin Le Plessis Longueau. D'après Émile Lambert, Plessis vient de plesse ou plaisse, une « haie, clôture faite de branches tressées, entrelacées ». Le plessis désigne alors un « terrain clos, entouré de palissades, village protégé par une clôture de haies ».

Mimbertin, ancien hameau en dehors de la ville, est connu sous les noms de Mainbertin en 1212, Maubertin en 1336 et Main Berthain en 1711. Le nom actuel existe déjà en 1377.

Histoire

Origines

L'Homme occupe déjà cette partie de la vallée de l'Oise durant la Préhistoire.

En effet, des fouilles archéologiques ont mis au jour l'existence d'un site néolithique final dans un méandre de l'Oise, au niveau des lieux-dits les Poiriers, la Jonquoire, le Pont de Pierre, la Ferme de l'Évêché et l'Île au Prêtre. On y trouve des zones d'habitation, des nécropoles et des zones agricoles,.

Antiquité

L'histoire de la ville est peu connue durant cette période. Une voie romaine allant de Senlis à Bavay traverse la ville par la Chapelle Saint-Jean puis l'actuelle rue Charles-Lescot. Au début du Moyen Âge, la ville s'appelle Levandriac, du nom de la déesse gauloise Leva. Ceci laisse penser que Pont existe déjà durant l'Antiquité.

Durant la période gallo-romaine, il y a un oppidum le long de cette voie romaine, qui vivait du trafic routier et de celui permis par le port sur l'Oise, ainsi qu'un poste de guet au mont Calipet. Cette terre, dépendante de la tribu des Bellovaques, occupe une position stratégique, à la limite du territoire des Meldes et des Suessons. Il y aurait eu un pont à cent mètres en amont du pont actuel.

En , à l'occasion de fouilles préventives préalables à la construction d'un supermarché ont été décourtes au Champ Lahyre les vestiges d'un sanctuaire datant du IIe siècle, compris dans une enceinte de 70 m sur 105 mn comprenant les fondations de deux pavillons à l'arrière, et, surtout, une cella, puissante plateforme maçonnée, accessible par un escalier en façade et qui constituait le cœur du sanctuaire gallo-romain où était érigée la statue d'une divinité, Vénus accroupie est associée à une tête de vieille femme. « L'entrée du sanctuaire se faisait par une façade monumentale de près de 10 m de haut sur 70 m de long, dimensions exceptionnelles en Gaule romaine. Cette façade est percée d'une série de 13 à 17 arcades, surmontées d'un entablement et, fait exceptionnel, d'une frise d'attique qui évoque davantage le vocabulaire architectural des arcs triomphaux », dont la modélisation virtuelle 3D a été réalisée en 2017 avec l'aide de mécénat d'entreprises,. L’ornementation, parfois rehaussée de couleurs, révèle une profusion de décors sculptés d’une qualité remarquable : animaux, scènes mythologiques, statues de divinités,.

Moyen Âge

Au VIe siècle, la région subit un combat entre les Austrasiens et les Neustriens. L'Oise matérialise la limite du domaine royal des Mérovingiens et Pont-Sainte-Maxence est rattachée au bailliage de Senlis, tout en étant maintenue dans le diocèse de Beauvais. Dès lors, le lieu devient prisé par les rois notamment pour sa forêt riche en gibier.

En 683, Ébroïn traverse l'Oise à Pont-Sainte-Maxence qui est alors une ville fortifiée, vraisemblablement issue d'un castrum romain. Le roi Charles le Chauve donne les terres de Pont-Sainte-Maxence à l'abbaye de Saint-Denis en 860. La ville est alors dans le comté de Beauvais et appartient directement au roi. Elle possède déjà un pont et un péage. Ce pont est un point de passage vers les Flandres, une région économiquement riche. Le péage rapporte beaucoup d'argent au roi. Pour protéger ce point de passage, un château est construit en 1016 sur l'île de la Plaine puis la ville est entièrement fortifiée en 1190.

Les rois de France qui se succèdent continuent de doter la localité en infrastructures. Saint-Louis fait construire un Hôtel-Dieu au XIIIe siècle tandis que Philippe le Bel fonde l'abbaye du Moncel en 1309 et un hôpital en 1325. Pont-Saint-Maxence souffre des conflits qui ont lieu durant cette période. En 1358, la Jacquerie fait des ravages dans la ville. Les paysans se révoltent et détruisent les propriétés des nobles. Dans le contexte de la guerre de Cent Ans, elle est prise l'année suivante par les Anglais. Elle est également occupée par les Bourguignons. La ville occupe une situation stratégique, aux portes de l'Île-de-France et de la Champagne. Elle bénéficie également de sa position pour devenir une place commerciale avec des marchés de céréales, de bois ou de cuir.

Époque moderne

Le château seigneurial de 1016 est détruit lors d'une crue de l'Oise en 1658. Un nouveau manoir seigneurial est construit au Fief de Mello,.

Au XVIIIe siècle, Louis XIV fait construire la route des Flandres et aménage la forêt en chemins de chasse. Ces travaux modifient l'organisation de la ville avec la destruction de maisons et la création de remblais pour la mise à niveau. L'actuelle rue Charles-Lescot devient un axe secondaire. Au début du XVIIIe siècle, la ville présente encore un aspect médiéval. Elle ne s'étend pas au-delà de ses fortifications mais celles-ci sont démolies en 1772. Des écarts grossissent le long des voies de communication. Un nouveau pont est achevé en 1785, le pont Perronet. Celui-ci est remarquable pour les innovations qu'il apporte.

C'est en 1761 que le marquis Pierre-Charles de Villette, après l'acquisition de la châtellenie de Sacy-le-Grand en 1755, entreprend la construction du château de Villette au lieu-dit du Plessis Longueau pour remplacer le château de Fontaine-le-Comte dans les marais.

Révolution française et Empire

À la Révolution française, les nobles perdent leurs biens qui deviennent biens nationaux. Le château de Villette, propriété du marquis Charles de Villette et le moulin de Calipet, propriété d'Anne-Julie-Françoise de Crussol, sont notamment saisis, tout comme les terres appartenant à la seigneurie. En 1790, Pont-Sainte-Maxence devient une commune française et un chef-lieu de canton dans le département nouvellement créé de l'Oise. La commune prend successivement les noms révolutionnaires de Pont-la-Montagne et Pont-sur-Oise. Une assemblée générale des citoyens de Pont s'est tenue le 4 nivôse an II () ayant vocation à modifier les noms des rues et placer sur l'église l'inscription « Temple de la raison et de la vertu ».

En 1832, une épidémie de choléra fait 87 morts.

Époque contemporaine

En 1847, la Compagnie des chemins de fer du Nord ouvre le premier tronçon de la ligne de Creil à Jeumont entre Creil et Compiègne. La gare est inaugurée le et mise en service le lendemain.

L'ouverture de la gare offre une opportunité au développement industriel de Pont-Sainte-Maxence qui démarre à la fin du XIXe siècle et se poursuit durant la Belle Époque. La ville s'agrandit et s'étend en rive droite, entre l'Oise et la voie ferrée. Le nouveau quartier est surnommé « quartier des usines ». La plus ancienne usine de ce nouveau quartier est la Cérabati. Implantée dans la commune dès 1882, elle est spécialisée dans la céramique et le bâtiment. Suivront ensuite la Soudure Autogène Française (SAF) en 1909, la Salpa française en 1929 et la papeterie en 1932. Ces usines bénéficient de la présence de la voie ferrée pour l'acheminement des matières premières. Durant cette même période, la commune possède un port à sable, à l'emplacement actuel du quai Auguste-Deschamps, qui transporte du sable par péniche pour l'entreprise Saint-Gobain. En 1915, 500 tonnes de sables extraites des sablières de Fleurines sont acheminés vers le port par le biais d'un petit train qui traverse l'actuelle RD 1017.

Pour empêcher l'avancée des Uhlans lors de la Première Guerre mondiale, les chasseurs alpins font sauter le pont Perronnet, construit entre 1774 et 1785, à la dynamite le tandis que les troupes ennemies franchissent l'Oise à Verberie. Le génie militaire construit un pont suspendu en 1915.

Durant ses 27 années de mandat, le maire Georges Decroze entreprend la construction de nouvelles infrastructures, en lien avec la croissance démographique de la ville. Il projette d'abord de construire un hôpital régional moderne en 1913 mais ses projets sont arrêtés par la guerre. Ce nouvel hôpital ouvrira finalement en 1923 et remplace l'hospice datant de 1664. Il fait ensuite construire un nouvel hôtel de ville en 1928, plus haut que l'église Sainte-Maxence, pour répondre aux besoins des Maxipontains puis la même année, un nouveau bureau de poste rue Charles-Lescot,. Il fait également construire un établissement de bains-douches avec lavoirs à l'emplacement du port à sable. Cet établissement fonctionnera pendant 22 ans jusqu'en 1950.

La ville est touchée par les bombardements allemands durant les premiers mois de la Seconde Guerre mondiale. Le second pont, construit en 1924, est détruit le à 16 heures. La destruction provoque des dégâts importants aux habitations environnantes. Le pont actuel est construit en 1949. Pont-Sainte-Maxence a été libérée les 31 août et .

La commune de Sarron est réunie à Pont-Sainte-Maxence par décret le . En 1946, le conseil municipal de Sarron avait déjà demandé ce rattachement par rapport au quartier Saint-Antoine, quartier contigu à Pont s'étendant le long de la Frette.

La seconde moitié du XXe siècle est caractérisée par un secteur industriel en crise. L'activité décline peu à peu à partir des années 1960 et les usines, pourvoyeuses de centaines d'emplois, ferment les unes après les autres, générant du chômage dans une ville où un tiers de la population est ouvrière,.

En 1972, le château des Marais, situé non loin de la gare, est démoli et remplacé en 1981 par une résidence pour personnes âgées.

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département de l'Oise.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Pont-Sainte-Maxence. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette organisation territoriale administrative a disparu, le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

La commune fait partie du parc naturel régional Oise-Pays de France mais pas sur la totalité de son territoire. Seul la rive gauche (y compris le lieu-dit de l'Évéché) ainsi que le château de Villette, le bois et le hameau entrent dans le périmètre du parc. Le parc a établi une charte qui intervient aussi bien dans le domaine de l'environnement, que dans le domaine du développement économique, social et culturel ou l'aménagement du territoire.

Pont-Sainte-Maxence relève du tribunal d'instance de Senlis, du tribunal de grande instance de Senlis, de la cour d'appel d'Amiens, du tribunal pour enfants de Senlis, du conseil de prud'hommes de Creil, du tribunal de commerce de Compiègne, du tribunal administratif d'Amiens et de la cour administrative d'appel de Douai.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune est depuis 2014 le bureau centralisateur du canton de Pont-Sainte-Maxence, qui a été porté de .

.Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1986 de la quatrième circonscription de l'Oise.

Intercommunalité

La commune est membre de la communauté de communes des Pays d’Oise et d’Halatte, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre, depuis sa création le . Elle en est la commune la plus peuplée et le siège.

En 2020, la commune est également membre d'autres structures intercommunales :

  • Syndicat des énergies des zones Est de l'Oise :
  • SI d'aménagement et de construction des communes de l'Oise ;
  • SI pour le transport et le traitement des eaux usées de la région de Pont-Sainte-Maxence (SITTEUR) ;
  • Syndicat d'Énergie de l'Oise ;
  • SM des transports collectifs de l'Oise ;
  • SM Oise très haut débit ;
  • SM d'aménagement et de gestion du parc naturel régional Oise-Pays de France.

Tendances politiques et résultats

Au regard des résultats des dernières élections, aucune tendance politique nette ne semble se dégager de l'électorat maxipontain. Les résultats des élections présidentielles sont similaires à la tendance nationale.

Lors des élections municipales de 2008, les 33 conseillers municipaux ont été élus au second tour ; le taux de participation était de 58,35 %. Michel Delmas est élu maire de la commune à l'issue du scrutin.

Lors des élections municipales de 2014 dans l'Oise, les 33 conseillers municipaux ont été élus au second tour ; le taux de participation était de 61,15 %. Arnaud Dumontier est réélu maire de la commune à l'issue du scrutin.

Lors des élections municipales de 2020 dans l'Oise, la liste menée par le maire sortant Arnaud Dumontier (LR) remporte le scrutin dès le premier tour avec 69,83 % des suffrages exprimés, devançant la liste menée par Didier Gaston (SE / LDVG) avec ses 16,89 % et celle menée par Reynald Rossignol (RN), qui a obtenu 13,26 %. La participation s'est élevée à 49,97 %,,.

Administration municipale

Le nombre d'habitants lors des derniers recensements étant compris entre 10 000 et 19 999 habitants, le nombre de membres du conseil municipal est de 33.

Liste des maires

Dix maires ont été élus à Pont-Sainte-Maxence depuis la Libération :

Politique de développement durable

Gestion de l'eau

La commune s'occupe elle-même de cette compétence. La ville assure la production et la distribution d'eau potable à partir de cinq forages régulièrement contrôlés,.

L'assainissement des eaux usées s'effectue de manière collective par la commune (collecte) et par une station d'épuration d'une capacité de 37 650 EH (équivalent-habitant) située sur la commune de Brenouille. Le rejet des eaux usées a lieu dans l'Oise. La communauté de communes assure quant à elle l'assainissement non collectif des eaux usées.

Gestion des déchets

Ce domaine de compétence est assuré par la communauté de communes des pays d'Oise et d'Halatte. La collecte des ordures ménagères a lieu tous les mardis à Pont ainsi que tous les vendredis pour le centre-ville. Il existe une déchetterie située sur la commune voisine de Brenouille, dans la zone industrielle Pont-Brenouille.

Espaces verts

La ville avait mis en place la gestion différenciée de ses espaces verts, programme lancé par le parc naturel régional Oise - Pays de France. Ce mode de gestion prévaut le non usage de produits phytosanitaires, la diminution des tontes et des fauches, la transformation des gazons tondus en prairies. Ce programme a une facette culturelle visant à transformer la perception de l'enherbement sauvage et les pratiques individuelles.

En 2019, elle a décidé d'avoir un entretien plus protecteur de la nature, moins intensif, moins agressif et plus spontané dans le square Pierre-Lesenne (à Sarron), ainsi que du parc de Saultemont et aménage un parc urbain autour du Château Richard.

Finances locales

Cette sous-section présente la situation des finances communales de Pont-Sainte-Maxence.

Pour l'exercice 2013, le compte administratif du budget municipal de Pont-Sainte-Maxence s'établit à 14 766 000  en dépenses et 14 244 000  en recettes :

En 2013, la section de fonctionnement se répartit en 10 652 000  de charges (892  par habitant) pour 11 679 000  de produits (977  par habitant), soit un solde de 1 027 000  (86  par habitant), :

  • le principal pôle de dépenses de fonctionnement est celui des charges de personnels pour une valeur totale de 5 612 000  (53 %), soit 470  par habitant, ratio inférieur de 26 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (636  par habitant). En partant de 2009 et jusqu'à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 426  par habitant en 2010 et un maximum de 470  par habitant en 2013 ;
  • la plus grande part des recettes est constituée des impôts locaux pour un montant de 4 484 000  (38 %), soit 375  par habitant, ratio inférieur de 27 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (511  par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio augmente de façon continue de 352  à 375  par habitant.

Les taux des taxes ci-dessous sont votés par la municipalité de Pont-Sainte-Maxence. Ils ont varié de la façon suivante par rapport à 2012 :

  • la taxe d'habitation égale 18,06 % ;
  • la taxe foncière sur le bâti sans variation 21,07 % ;
  • celle sur le non bâti constante 90,96 %.

La section investissement se répartit en emplois et ressources. Pour 2013, les emplois comprennent par ordre d'importance :

  • des dépenses d'équipement pour une valeur de 3 273 000  (80 %), soit 274  par habitant, ratio inférieur de 29 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (387  par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 124  par habitant en 2010 et un maximum de 274  par habitant en 2013 ;
  • des remboursements d'emprunts pour 841 000  (20 %), soit 70  par habitant, ratio inférieur de 18 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (85  par habitant).

Les ressources en investissement de Pont-Sainte-Maxence se répartissent principalement en :

  • fonds de Compensation pour la TVA pour 500 000  (19 %), soit 42  par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 0  par habitant en 2012 et un maximum de 42  par habitant en 2013 ;
  • subventions reçues pour une somme de 374 000  (15 %), soit 31  par habitant, ratio inférieur de 56 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (70  par habitant).

L'endettement de Pont-Sainte-Maxence au peut s'évaluer à partir de trois critères : l'encours de la dette, l'annuité de la dette et sa capacité de désendettement :

  • l'encours de la dette pour 10 902 000 , soit 912  par habitant, ratio voisin de la valeur moyenne de la strate. Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 668  par habitant en 2011 et un maximum de 978  par habitant en 2012 ;
  • l'annuité de la dette pour un montant de 1 072 000 , soit 90  par habitant, ratio inférieur de 24 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (118  par habitant). Pour la période allant de 2009 à 2013, ce ratio fluctue et présente un minimum de 69  par habitant en 2012 et un maximum de 123  par habitant en 2009 ;
  • la capacité d'autofinancement (CAF) pour une valeur totale de 1 851 000 , soit 155  par habitant, ratio inférieur de 14 % à la valeur moyenne pour les communes de la même strate (180  par habitant). Depuis 5 ans, ce ratio fluctue et présente un minimum de 75  par habitant en 2009 et un maximum de 155  par habitant en 2013. La capacité de désendettement est d'environ 5 années en 2013. Sur une période de 14 années, ce ratio présente un minimum d'environ 3 années en 2005 et un maximum très élevé, de plus de 50 années en 2008.

Distinctions et labels

Pont-Sainte-Maxence a reçu la récompense du guidon d'or 2016 de la FUB pour sa politique en faveur des cyclistes et piétons.

Jumelages

Au , Pont-Sainte-Maxence est jumelée avec, :

  •  Auvelais (Belgique) depuis 1970 ;
  •  Linguère (Sénégal) depuis 1974 ;
  •  Sulzbach (Taunus) (Allemagne) depuis 1982 ;
  •  Grignasco (Italie) depuis 1992 ;
  •  Felgueiras (Portugal) depuis 1993.
Giuseppe Zanotti Luxury Sneakers

Population et société

Les habitants de la commune sont appelés les Maxipontains.

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans,

En 2018, la commune comptait 12 601 habitants, en diminution de 0,28 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

La population maxipontaine reste plutôt stable, entre 2 000 et 2 500 habitants, jusqu'en 1921. La ville connaît alors une croissance démographique constante jusqu'au début du XXIe siècle où la population semble stagner autour de 12 500 habitants. Depuis 1968, la commune gagne des habitants grâce au solde naturel qui reste positif entre 1968 et 2012 et autour de 1 %. Il comble un solde migratoire déficitaire qui reste négatif sauf sur les périodes 1982-1990 et 1990-1999. C'est durant ces périodes que la croissance de la commune est la plus forte.

Pyramide des âges en 2013

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (18,5 %) est en effet inférieur au taux départemental (20,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,4 %) est du même ordre de grandeur que le taux départemental (50,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2013, la suivante :

  • 47,6 % d’hommes ;
  • 52,4 % de femmes.

Enseignement

Pont-Sainte-Maxence dépend de l'académie d'Amiens et de l'inspection académique de l'Oise.

En 2015, la ville compte six écoles maternelles publiques (Jacques-Prévert, Marie-Curie, Paul-Langevin, Françoise-Dolto, Max-Drains et Paul-Verlaine) ainsi que six écoles élémentaires publiques (Jules-Ferry, Ferdinand-Buisson, Robert-Desnos, Fabre-d'Eglantine, Jean-Rostand et Adrien-Bonnel.

Quatre établissements publics secondaires sont présents dans la ville dont deux lycées : le collège public Lucie-et-Raymond-Aubrac avec 476 élèves et 36 enseignants en 2014 ; le collège privé de Saint-Joseph-du-Moncel avec 588 élèves en 2014 ; le lycée professionnel privé Saint-Joseph-du-Moncel avec 97 élèves en 2014 et le lycée général et technologique privé Saint-Joseph-du-Moncel avec 349 élèves en 2014.

La création d'un lycée public est prévue à Pont-Sainte-Maxence aux environs de 2022, évitant aux adolescents d'avoir à se rendre à ceux de Senlis, Compiègne ou de Chantilly.

Culture

La Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) ouvre en 1967 dans le château Richard, racheté par la mairie en 1963. Plusieurs activités de loisirs y sont organisées. Depuis 1995, l'Amicale des Artistes et Amateurs Pontois (3AP) y a son siège. Aujourd'hui, l'Office de tourisme est installé dans l'une des dépendances du château et le gymnase Léo-Lagrange, construit en 1968, remplace le parc.

La Manekine est un bâtiment à vocation culturelle construit en 1977. Il possède un centre de loisirs, une salle de danse et un théâtre. La bibliothèque municipale s'y est installée entre 1979 et 1996. Aujourd'hui, La Manekine est un centre intercommunal,.

La Bibliothèque Reine-Philiberte est inaugurée en 1996. Auparavant, elle était à l'hôtel de ville entre 1929 et 1979 puis à La Manekine. La bibliothèque organise des manifestations culturelles comme des expositions ou des festivals.

En 2015, la ville dispose d'un conservatoire de musique et de danse situé derrière l'église, le conservatoire Adam-de-la-Halle. Créé en 1991, il a été réhabilité entre 2002 et 2005 et est maintenant à vocation intercommunale,.

Il y a aussi un cinéma équipé de deux salles de projection.

Sports

En 2015, la commune dispose de trois stades, une piscine, deux gymnases, une salle d'armes, deux stands de tir (un couvert et un en plein air), une salle de danse, une salle de boxe, un boulodrome et un skate parc.

Santé

Pont-Sainte-Maxence regroupe plusieurs praticiens : médecins généralistes, dentistes, gynécologues, cardiologues, ophtalmologues et pédiatres, ainsi qu'un cabinet de radiologie. L'Union nationale des associations de parents, de personnes handicapées mentales et de leurs amis (UNAPEI) dispose d'un centre d'hébergement pour adultes handicapés.

En 2018, la commune possède un hôpital spécialisé en gériatrie, le Centre Hospitalier Georges Decroze avec une unité de soins de longue durée (USDL) d'une capacité de 80 lits. Depuis , il compte une unité Alzheimer d'une capacité de 33 lits,, ainsi qu'une résidence pour personnes âgées, la résidence l’Âge d’or, construite en 1981 et rénovée en 2020/21.

A la suite du départ du dernier pédiatre de la ville, l'hôpital Georges-Decroze a organisé à compter de juin 2018 une conultation bimensuelle de pédiatrie, qui fait suite aux consultations ophtalmologiques proposées depuis 2015.

Sécurité

En 2015, la commune dispose d'une brigade de proximité de la gendarmerie nationale.

Pont-Sainte-Maxence dispose à la même date d'un centre d'incendie et secours couvrant 10 communes.

De 2016 à 2020, la municipalité dirigée par Arnaud Dumontier a fait installer 76 caméras de vidéosurveillance dans les espaces publics de la ville,.

Associations

Pont-Sainte-Maxence compte plusieurs associations à but culturel, sportif, environnemental ou social.

Culte

Pont-Sainte-Maxence dépend de la paroisse catholique du même nom au sein du diocèse de Beauvais, Noyon et Senlis, suffragant de l'archidiocèse de Reims. Bien qu'il y ait eu fusion entre Pont et Sarron, le découpage ecclésiastique reste antérieur à 1951. Il y a donc deux lieux de culte catholiques dans la commune : l'église Sainte-Maxence de Pont-Sainte-Maxence et l'église Saint-Lucien de Sarron,. À l'église Sainte-Maxence, les messes dominicales sont célébrées tous les dimanches à 11h et les messes de semaine le lundi à 18h30 et du mardi au samedi à 9h. À l'église Saint-Lucien, les messes dominicales ne sont plus célébrées que le premier dimanche du mois à 9h de septembre à juin.

Économie

Revenus de la population et fiscalité

En 2011, le revenu fiscal médian par ménage était de 26 191 , ce qui plaçait Pont-Sainte-Maxence au 22 787e rang parmi les 31 886 communes de plus de 49 ménages en métropole.

En 2012, 40 % des foyers fiscaux n'étaient pas imposables.

Emploi

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2013 à 8 204 personnes (7 909 en 2008), parmi lesquelles on comptait 73,3 % d'actifs dont 59,4 % ayant un emploi et 13,8 % de chômeurs. En 2013, 23,2 % des actifs ayant un emploi et résidant dans la commune travaillaient dans la commune contre 76,8 dans une autre commune.

La répartition par catégories socioprofessionnelles de la population active de Pont-Sainte-Maxence fait apparaître une sous-représentation des « cadres et professions intellectuelles » et une sur-représentation des « artisans et commerçants » et des « ouvriers » par rapport à la moyenne de la France métropolitaine.

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2013)

On comptait 2 963 emplois dans la zone d'emploi, contre 3 216 en 2008. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 4 927, l'indicateur de concentration d'emploi est de 60,1 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre un emploi pour deux habitants actifs.

Entreprises et commerces

Au , Pont-Sainte-Maxence comptait 730 établissements : 7 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 38 dans l'industrie, 78 dans la construction, 492 dans le commerce-transports-services divers et 115 étaient relatifs au secteur administratif. En 2015, 83 entreprises ont été créées à Pont-Sainte-Maxence, dont 64 par des autoentrepreneurs,.

Le tableau ci-dessous détaille la répartition des entreprises implantées à Pont-Sainte-Maxence en fonction de leur secteur d'activité et du nombre de salariés :

L'activité économique de la ville est dominée par la présence du secteur tertiaire occupée par plus de 80 % des entreprises. Le secteur primaire — agriculture, sylviculture et pêche — reste très peu représenté (1 %). L'activité industrielle n'est également plus très présente dans la vie économique avec seulement 5,2 %.

Plus de 9 établissements actifs sur 10 sont des très petites entreprises (TPE). Sept entreprises possèdent plus de 50 salariés, la majorité dans le secteur de l'administration publique, enseignement, santé, action sociale et seulement deux dans l'industrie. Ce secteur était autrefois le plus gros fournisseur d'emplois dans la commune,.

Agriculture

Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des exploitations agricoles de Pont-Sainte-Maxence, observées sur une période de 22 ans :

L'agriculture de Pont-Sainte-Maxence se spécialise dans les céréales et oléoprotéagineux. Elle ne représente plus une activité très importante puisqu'il n'y avait que deux exploitations en 2010. L'activité décline depuis 1988 où il y avait six exploitations et un cheptel de 27 têtes. À contrario, la SAU augmente depuis 22 ans et plus particulièrement sur les années 2000, ce qui a pour effet d'augmenter sensiblement la superficie moyenne d'une exploitation sur l'ensemble de la période — elle passe de 4,3 à 24,5 hectares —.

Il existait auparavant à Sarron une cendrière où était exploitée l'argile à lignites.

En lien avec la forêt d'Halatte, il existe trois entreprises liées au secteur de la sylviculture opérant dans le domaine des services de soutien à l'exploitation forestière.

Artisanat et industrie

L'industrie est arrivée à Pont-Sainte-Maxence à la fin du XIXe siècle. Plusieurs entreprises s'installent en rive droite de l'Oise et fournissent de l'emploi aux habitants. Les plus importantes étaient la Cérabati (carrelage), la SAF (construction métallique et chaudronnerie), la Salpa (cuir synthétique) et la papeterie. La société VOTAT S.A., spécialisée dans la fabrication d'appareils à combustible liquide, est située en rive gauche en 1876. L'activité industrielle décline durant la seconde moitié du XXe siècle et entraîne la fermeture de la plupart des usines.

VOTAT SA s'est recentrée sur la sous-traitance de produits métalliques et est en 2019 une entreprise familiale de 40 salariés qui fabrique des pièces métalliques pour l'automobile, le bâtiment, le marché du bricolage et le nucléaire, qui investit pour assurer lon développement.

La zone industrielle de Pont-Brenouille, créée en 1967, s'étend le long de la RD 29, à cheval sur la commune et Brenouille. Elle répond à l'implantation d'entreprises plus petites et accueille en 2016 des entreprises telles que Paprec, Air Liquide ou Saga Décor. Cette zone accueille sur les deux villes et ses 100 ha, 60 entreprises et 1 300 salariés en 2019. Sa modernisation, notamment pour la voirie, l'aménagement de zones de stationnement pour les poids lourds, d'un espace paysager conçu pour empêcher le stationnement sauvage et d'une rénovation complète de l'éclairage public, est engagée par l'intercommunalité fin 2019.

Commerces

Pont-Sainte-Maxence compte en 2011 quatre supermarchés. Un hypermarché s'est installé au Champ Lahyre, en remplacement de celui des Ageux.

La commune comporte également de nombreux commerces en centre-ville, sur la rive gauche de l'Oise, notamment le long de la route principale (RD 1017 / rue Jean-Perronet, respectivement rue Georges-Decroze) et rue Charles-Lescot, et dans les petites rues qui relient ces deux rues parallèles au centre historique de Pont. Le marché hebdomadaire du vendredi se tient aux abords de l'hôtel-de-Ville

En 2011, Pont-Sainte-Maxence accueille 160 commerces, une Association des Commerçants, des Artisans et des Professions Libérales est présente.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

Pont-Sainte-Maxence compte trois monuments historiques sur son territoire :

  • L'église Sainte-Maxence, située rue Charles-Lescot / place de l'Église (classée monument historique par arrêté du ), datant du XVIe siècle, est construite à l'emplacement d'une église médiévale. Elle est intéressante pour la transition entre les styles flamboyant et Renaissance dont elle constitue un parfait témoignage. Le clocher, la nef et le chœur ont été terminés en 1577. Le plan de l'église répond encore aux principes gothiques, avec un chœur à déambulatoire entouré de chapelles rayonnantes. D'autre part, les remplages arrondis des baies, ou les bénitiers des chapelles surmontés de coquilles Saint-Jacques montrent déjà l'influence Renaissance, tout comme le décor du clocher. La structure de ce dernier est toutefois encore influencée par le gothique ; il mesure trente-sept mètres de haut. L'orgue sur la tribune provient de l'hôtel-Dieu de Noyon et a été transféré ici en 1807. Par ailleurs, l'église Sainte-Maxence possède la particularité d'être orientée sud-est - nord-ouest, au lieu d'est-ouest.
  • L'église Saint-Lucien de Sarron, au village de ce nom rattaché à la commune de Pont en 1951, est située rue Fould-Stern (inscrite monument historique par arrêté du ). Construite à la fin du XIe siècle, cette petite église romane est remarquable parce qu'elle n'a subi extérieurement que peu de modifications depuis, et elle est considérée comme l'une des églises les plus archaïques du département. De plan basilical, elle comporte une nef non voûtée accompagnée de deux bas-côtés, communiquant entre eux par des arcades non décorées en plein cintre ; ainsi qu'un chœur voûté en cul-de-four, qui s'inscrit dans un massif de maçonnerie de plan rectangulaire. Il est encore d'inspiration préromane, et sa partie basse avec son petit appareil de pastoureaux pourrait provenir d'une construction antérieure. La sacristie a été ajoutée au XVIIIe siècle, et le bas-côté nord a été reconstruit en 1851-52. L'intérieur est badigeonné et garni de boiseries de qualité médiocre, de sorte que l'austérité des volumes caractéristique des églises romanes ne peut plus s'apprécier. Les murs sont parfaitement lisses et dépourvus de toute ornementation architecturale. À l'extérieur, les fenêtres hautes sont surmontées d'un cordon de billettes qui se continue tout autour au niveau des impostes. Dans la façade occidentale, le portail s'inscrit dans une succession de trois arcatures plein cintre dont il occupe le centre, et qui sont décorées de cordons de billettes plus fines. Deux bandeaux moulurés sont gravés de dents de scie ou de zigzags excavés. Le sommet du pignon montre une croix en bas-relief, et il est couronné par une croix en antéfixe. Le clocher moderne, assis au centre du toit de la nef, est très court et exécuté en charpente, avec une couverture en ardoise,. Il existait autrefois une petite fontaine dédiée à saint Lucien.
  • Le site néolithique de la vallée de l'Oise, situé sur le terrain d'une sablière, dans le repli d'un méandre de la rivière, aux lieux-dits le Poirier, le Jonquoire, le Pont de Pierre, la Ferme de l'Evêché, l'Île aux Prêtres (inscrit monument historique par arrêté du ) est d'une richesse sédimentaire exceptionnelle (édimentations tourbeuses et limoneuses), le site contient des dépôts archéologiques conservés sur une hauteur de cinq mètres, dans un contexte géomorphologique particulièrement favorable. À titre d'exemple, un ensemble de sépultures collectives du néolithique final y a été découvert. Les fouilles sont compliquées car la zone est inondable.

On peut également signaler :

  • Le château de Villette, au hameau du Plessis-Villette, au nord de la commune est un édifice en brique et pierre édifié pour M. Stern-Fould en 1903. Sa famille avait acquis le domaine avec son ancien château en 1900, mais décida de sa démolition en raison de son fort mauvais état. Le château ne se visite pas et n'est pas visible depuis le domaine public, sauf depuis la RD 200 (voie express) au sud, derrière un hippodrome privatif. - Le précédent château fut le domicile de la marquise Reine Philiberte de Varicourt (1757-1822), fille adoptive de Voltaire, qui la maria au marquis Charles de Villette (1736-1793). Le château resta dans leur famille jusqu'en 1865, année de sa vente au baron de Montreuil. À partir des années 1980, le château et ses annexes sont successivement tombés en ruines. Le rachat du domaine par l'expert en gestion forestière Jean-Charles Pigoni, en 2001, a permis un revirement de la situation. Le nouveau propriétaire a entamé une restauration complète du château, et la ferme du château, ainsi que l'orangerie avec la « maison rose » et la « maison carrée » ont été revendus à deux autres propriétaires, qui eux aussi se sont attachés à remettre ce patrimoine en état.
  • Le portail de l'ancien moulin à huile du marquisat de Villette est situé avenue Aristide-Briand, au nord de la ville.
  • Le Monument des Vétérans, place du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny a été inauguré sur ce qui était alors le champ de Mars le , à l'honneur des soldats morts pour la patrie. C'est donc l'un des rares monuments aux morts à dater de l'époque précédant la Première Guerre mondiale.
    Le monument se présente comme un obélisque de faible hauteur ressortant d'une pyramide, et couronné par une statue d'un soldat brandissant une lance à laquelle un drapeau est accroché. Sur l'obélisque, sont gravés les noms de soldats originaires de Pont, mais aussi des communes voisines. Il y restent des emplacement libres qui, heureusement, n'ont pas dû être remplis. Un monument aux morts existe en outre sur le cimetière de Pont, sous la forme d'un haut obélisque.

L'actuel pont de l'Oise est le seizième pont en ce lieu depuis l'an 673, inauguré en octobre 1949. Il mesure quatre-vingt-deux mètres de portée, et sa flèche, quatorze mètres et demi de hauteur. 1 850 t de ciment, 950 m3 de bois, 315 m3 de pierre de taille, 368 t d'acier et 6 000 m3 de béton ont été nécessaires à sa construction. Le pont n'a pas été construit sur place, mais à Chimay en Belgique. Pont-Sainte-Maxence était naguère célèbre pour son pont, reconstruit en pierre entre 1774 et 1785 sous la direction de l'ingénieur Jean-Rodolphe Perronet selon un motif original et même controversé. Ce pont comportait trois arches surbaissées de 1,95 m et de 23,40 m de portée entre les piles. Les piles, larges de 2,90 m, étaient elles-mêmes composées de deux paires de fûts disjointes, une curiosité pour l'époque. Malheureusement, ce quatorzième pont classé Monument historique a été détruit le par les Allemands, au début de la Première Guerre mondiale. Le pont suspendu qui lui avait suivi a, quant à lui, été détruit le lors de la Seconde Guerre mondiale.

Le Quai de la Pêcherie, sur la rive droite de l'Oise, au nord de la vieille ville où certaines maisons anciennes de cette rue comportent des éléments remontant au XIIIe siècle.

L'Hôtel Mangeaot, au 34 rue Henri-Bodchon, près de la sortie ouest de la vieille ville est un ancien hôtel de voyageurs du XVIe siècle, dont la façade est cependant nettement plus récente, se trouvant dans un état de conservation médiocre. L'élément le plus intéressant est un oriel au-dessus de l'entrée, belle réalisation en fer forgé amplement vitrée avec des petits carreaux.

Les ruines du « fief de Mello », château fort du XIIIe siècle dont on peut apercevoir, depuis la place du Général-Leclerc, dans le jardin d'un ancien hôtel particulier, une grosse tour ronde qui aurait servi de prison au Moyen Âge, ainsi qu'une portion de muraille. Le fief avait appartenu au 7e duc d'Uzès, Jean Charles de Crussol, en 1704.

La statue de saint Louis, rue de l'église est de provenance incertaine, elle a été retrouvée dans l'Oise en 1975, et placée dans le jardin de l'église, au nord de l'édifice, quatre ans plus tard. Saint Louis est le fondateur de l'Hôtel-Dieu de Pont. Une statue du Christ, de la même facture, est exposée quelques mètres plus loin, dans le jardin du presbytère.

L'hôtel de ville, rue Jean-Perronet a été inauguré le sous le maire Georges Decroze, il a été dessiné par les architectes Marcel Jannin, Pierre Pattin et Jean Szelechoski. Les bas-reliefs sont de Louis-Henri Nicot et représentent le commerce et l'industrie ; la cérémonie du vote (une femme y est représentée parmi les électeurs, alors que le droit de vote féminin ne date que de 1944) ; la Liberté et l'Égalité (inspiré de l'idéal compagnonnique avec l’architecte et le maçon) ; la Fraternité et la Solidarité. Il a été rénové en 2019/2020 et est désormais accessible aux personnes à mobilité réduite.

Il reste encore plusieurs maisons à colombages dans la vieille ville, rue Charles-Lescot et rue de Cavillé (son prolongement au sud), ainsi que dans les petites rues reliant cette voie à la RN 1017 (rue Jean-Perronet / rue Georges-Decroze).

Il reste également les vestiges de la façade de l'ancien palais de l'Iraine, au 3 rue Cavillé, au sud de la vieille ville. Cette façade remonte à une commanderie de l'ordre du Temple, puis de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem qui lui avait succédé après sa suppression et persécution. De cet hôtel subsiste également une tourelle, de l'autre côté, sur la cour de l'institution Saint-Joseph. Pendant la guerre de Cent Ans, les ducs de Bourgogne auraient été accueillis dans le palais par les chevaliers, bien que les habitants de Pont soutenaient les troupes royales, alors que les Bourguignons étaient les alliés des Anglais. À partir du XVe siècle, l'hôtel appartenait à l'abbaye de la Victoire près de Senlis,.

Les vestiges du rempart médiéval sont peu conservés. On trouve, rue de l'Éperon, un angle de mur de l'éperon qui se trouvait à cet endroit, qui correspondait à l'extrémité sud-ouest de l'enceinte fortifiée de Pont. Cette enceinte a encore été rebâtie sous Louis XI en 1467, et réparé en 1575 avec l'autorisation d'Henri III. Sa démolition eut lieu avant la Révolution.

Le calvaire de la Croix Pierre-Aucher, au croisement de la rue de la Croix-Pierre-Aucher et de la rue Louis-Boilet, à la sortie ouest du centre-ville en direction de Creil est monté sur un socle en pierre mesurant 1,50 m, ce filigrane et simple calvaire en fer forgé a la particularité de porter deux figurines : dans la direction de Pont, le Christ, et dans la direction de Creil, sainte Maxence, décapitée tenant sa tête dans ses mains.

Le mont Calipet abrite la ruine de l'ancien moulin à vent dans la forêt communale sur le mont Calipet, au sud-est de l'église, datant de 1694. Ce moulin a été édifié par le duc d'Uzès, seigneur de Pont. Après la fermeture du moulin, sa tour a été transformé en belvédère. Le mauvais état de l'édifice et le vandalisme ont obligé la commune de fermer la tour, mais le mont Calipet étant boisé à présent, la vue ne porterait pas loin de toute façon. À proximité se trouvent les murs d'une chapelle dédiée au Sacré-Cœur contiguës avec une ancienne habitation, également ruinée. Ces ruines paraissent banales et ne présentent que peu d'intérêt, d'autant plus qu'elles sont couvertes de tags et à moitié envahies par la végétation. La chapelle a été bâtie en 1880 par Jean-Baptiste Portalier, connu comme l'« ermite du Calipet » ou le « seigneur du Calipet ». Chapelle privée, la célébration de messes publiques n'y a jamais été autorisée, et il n'y eut que sporadiquement des messes pour le propriétaire et ses amis.

En 2014, est découvert en excellent état de conservation, la ruine d'un sanctuaire antique romain du IIe siècle, dont la façade mesurait 70 mètres de long sur 9 mètres de haut. Une frise représentant le panthéon gréco-romain et des sculptures ont été mises au jour,.

Patrimoine naturel

Pont-Sainte-Maxence compte deux zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF).

La ZNIEFF de type 1 de la Butte sableuse de Sarron et des Boursaults occupe sur la commune la totalité du bois de Sarron ou bois de Villette mais s'étend au-delà sur les communes de Bazicourt de d'Houdancourt. Elle héberge des espèces remarquables comme la Callune (Calluna vulgaris), la Fougère aigle (Pteridium aquilinum), la Bondrée apivore (Pernis apivorus), le Pic noir (Dryocopus martius) et le Pic mar (Dendrocopos medius). Cette zone est particulièrement intéressante pour sa nature sableuse et ses landes sèches à Callune.

La ZNIEFF de type 1 du Massif forestier d'Halatte occupe toute la partie boisée au sud de la commune. Elle intègre l'ensemble de la forêt d'Halatte. La zone compte plusieurs espèces végétales remarquables comme la Belladone (Atropa bella-donna), l'Osmonde royale (Osmunda regalis), l'Ophioglosse vulgaire (Ophioglossum vulgatum) et le Limodore à feuilles avortées (Limodorum abortivum). La faune se compose de Bondrée apivore (Pernis apivorus), de Grimpereau des bois (Certhia familiaris), de Grand murin (Myotis myotis), de Cerf élaphe (Cervus elaphus) et de Grenouille agile (Rana dalmatina).

La montagne de Calipet est intégrée au réseau Natura 2000. La zone de protection spéciale (ZPS) des Massifs forestiers d'Halatte, de Chantilly et d'Ermenonville vise à la protection de vingt espèces floristiques et d'espèces animales comme le Grand cuivré (Lycaena dispar) et le Petit rhinolophe (Rhinolophus hipposideros).

Personnalités liées à la commune

  • Guernes de Pont-Sainte-Maxence, dit Garnier ou Gervais (* XIIe siècle) : auteur de la première et remarquable biographie en langue d'oïl de Thomas Becket ;
  • Charles Lescot (né en 1759 à Pont, mort en 1801) : ingénieur qui a travaillé à l'assèchement des marais de Rochefort et dirigé les travaux de la route du Simplon[réf. nécessaire]
  • Marc Tiffeneau (1873-1945) : chimiste, pharmacologue et médecin, qui a fait ses premières études à Pont-Sainte-Maxence, comme interne au pensionnat Saint-Joseph chez les Frères maristes, puis stagiaire à la pharmacie Frigaux ;
  • Marie-Paule Belle (née en 1946 à Pont) : chanteuse, pianiste et comédienne ;
  • Romane Bohringer (née en 1973 à Pont) : actrice française.
  • Roger Druine (en) (né en 1921 à Pont) : inventeur du Druine D.31 Turbulent, avion d'amateur.
  • Le caporal-chef Alexandre Van Dooren, militaire français mort au Mali le et le capitaine de police nationale Cyril Genest, tué dans l'exercice de ses fonctions le , tous deux originaires de la ville. Deux rues d'un lotissement de Pont-Sainte-Maxence ont été baptisées de leur nom en 2018.

Héraldique

Voir aussi

Bibliographie

  • Atlas des paysages de l'Oise, Direction régionale de l'environnement Picardie, , 375 p.
  • René Blanchon, Pont-Sainte-Maxence à la belle époque : 1900-1945 - cartes postales, Bruxelles, Sodim, , 116 p.
  • René Blanchon, Les Rues de Pont-Sainte-Maxence, Beauvais, C.D.D.P., , 398 p.
  • René Blanchon et Christiane Sauvage, Pont-Sainte-Maxence : Images du passé Réalités du présent, Pont-Sainte-Maxence, à compte d'auteur, , 256 p. (ISBN 978-2-7466-1373-7 et 2-7466-1373-5)
  • François Lamy, Histoire chronologique de la ville de Pont-Sainte-Maxence sur l'Oise, Paris, Butard, , 80 p. (lire en ligne)
  • Th. Petit, Notice historique et descriptive du canton de Pont Sainte Maxence (réédition : Pont Ste Maxence et ses environs), Pont-Sainte-Maxence (réédition : Paris), Petit (réédition : Res Universis), 1894 (réédition 1988), 142 p. (ISBN 978-2-87760-008-8 et 2-87760-008-4)
  • Raymond Poussard, « Halatte : deux mille ans d'art et d'histoire autour d'une forêt royale, 2de partie : Autour de la forêt : Pont Sainte Maxence », Bulletin du G.E.M.O.B., Beauvais, Groupement d'étude des monuments et œuvres d'art de l'Oise et du Beauvaisis (GEMOB), vol. 92-94,‎ , p. 8-23 et 102-107

Articles connexes

  • Église Sainte-Maxence de Pont-Sainte-Maxence
  • Liste des communes de l'Oise

Liens externes

  • Site de la mairie
  • Site de la communauté de communes
  • Site du parc naturel régional
  • « Dossier complet : Commune de Pont-Sainte-Maxence (60509) », Recensement général de la population de 2016, INSEE, (consulté le ).
  • « Pont-Sainte-Maxence », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références

Notes

Références

Ouvrages

  • Atlas des paysages de l'Oise, 2005
  • René Blanchon, Les Rues de Pont-Sainte-Maxence, 1985
  • René Blanchon et Christiane Sauvage, Pont-Sainte-Maxence : Images du passé Réalités du présent, 2009
  • François Lamy, Histoire chronologique de la ville de Pont-Sainte-Maxence sur l'Oise, 1764

Documents d'urbanisme

  • Schéma de cohérence territoriale de la CCPOH - Rapport de présentation, 2011
  • Étude urbaine de Pont-Sainte-Maxence, 2009

Liens externes

  • Site de l'Insee. Dossier relatif à la commune, [lire en ligne]
  • Base de données du ministère du Budget, relative aux comptes des communes
  • Site de la mairie

Autres sources

  • Portail de l’Oise
  • Portail des communes de France

Pont-Sainte-Maxence


Langue des articles



Quelques articles à proximité