Meurtre d'Yvonne Fletcher


Meurtre d'Yvonne Fletcher


Le meurtre d'Yvonne Fletcher est survenu le à l'occasion d'une manifestation d'environ 75 opposants libyens en face de l'ambassade de la Jamahiriya arabe libyenne à St. James's Square (en) à Londres (Royaume-Uni).

La policière Yvonne Fletcher du Metropolitan Police Service — désarmée comme ses collègues —, chargée du maintien de l'ordre est fauchée par une rafale de coups de feu de 9 × 19 mm Parabellum qui touche aussi onze manifestants, et décède peu après à l’hôpital Westminster. La radio libyenne affirme qu'il s'agit d'un acte d'autodéfense.

À la suite de sa mort, la police londonienne assiège pendant onze jours l'ambassade mais le meurtrier présumé et plusieurs personnes travaillant pour la Libye à Londres peuvent finalement quitter le Royaume-Uni sans être inquiétés, du fait de leur immunité diplomatique.

Les autorités britanniques rompent les relations diplomatiques avec le régime du colonel Mouammar Kadhafi. L'affaire est déterminante dans la décision du Premier ministre britannique Margaret Thatcher d'autoriser deux ans plus tard le président américain Ronald Reagan à lancer l'opération El Dorado Canyon, une série de raids aériens sur des cibles libyennes effectués par des avions américains basés en Angleterre.

Personne n'a jamais été condamné pour le meurtre d'Yvonne Fletcher. En 1999, le régime de Kadhafi reconnaît cependant sa responsabilité dans sa mort et accepte d'octroyer une compensation financière à sa famille.

Notes et références

Sources

  • (en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Murder of Yvonne Fletcher » (voir la liste des auteurs).
  • Portail des années 1980
  • Portail du Royaume-Uni
  • Portail de la Libye

Meurtre d'Yvonne Fletcher


Langue des articles



Quelques articles à proximité