Chamant


Chamant


Chamant est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France.

Géographie

Description

Chamant se situe dans le sud du département de l'Oise, dans le Valois, à la lisière sud-est de la forêt d'Halatte, sur l'ancienne route nationale 32, l'actuelle RD 932a, jouxtant au nord-est Senlis.

Il est traversé par l'autoroute A1, dans un sens nord-est - sud-ouest, à 200 m au sud-est de Balagny-sur-Aunette. Un péage autoroutier se situe par ailleurs à Chamant.

Paris est éloigné de 50 km environ par l'autoroute, et l'aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle de 25 km. Chamant est proche de Creil et son agglomération, à 13 km.

Le plus bas de la commune, à 57 m au-dessus du niveau de la mer, à la sortie de l'Aunette du territoire communal. Le point le plus haut, à 116,4 m, est au poteau des Blancs Sablons. Le relief est peu varié en dehors de la nette dépression le long de la vallée de l'Aunette. L'on constate une augmentation progressive de part et d'autre de cet axe nord-est - sud-ouest.

Louis Graves décrivait le territoire communal au début du XIXe siècle comme «  traversé du nord-est au sud-ouest, dans sa région moyenne, par la vallée d'Onette. La forêt de Halatte couvre une partie de la région nord ; tout le reste du pays est employé à la production des céréales.
Cette commune peut être considérée comme formée de deux sections depuis qu'on lui a réuni celle de Balagny ».

Communes limitrophes

Avec une superficie de 12 km2, le territoire de Chamant est plus étendu qu'une commune moyenne de l'Oise, qui ne fait que 8,46 km2, mais est pour moitié plus petit que celui de Senlis, qui fait 24,05 km2.

Ainsi, bien que Senlis se situe au sud-ouest de Chamant, les deux communes se côtoient sur 7,8 km2, soit 46 % environ de la circonférence de Chamant. De ce fait, Senlis est limitrophe aussi bien au nord et au sud qu'à l'ouest. Par contre, Villers-Saint-Frambourg ne touche à Chamant que sur moins de 1 100 m, et Barbery sur moins de 1 400 m. Au poteau des Blancs-Sablons en forêt d'Halatte, à l'extrémité nord-ouest du territoire communal, quatre communes se rencontrent : Senlis, Chamant, Villers-Saint-Frambourg et Fleurines, sans que cette dernière commune soit toutefois limitrophe de Chamant.

Une autre particularité est à signaler : la forêt communale de Chamant, au sud du temple gallo-romain de la forêt d'Halatte, est située sur le territoire d'Ognon.

Hydrographie

L'Aunette, ruisseau prenant sa source à Rully, est le seul cours d'eau de Chamant. Il est presque entièrement situé sur des propriétés privés inaccessibles au public, et ne peut être aperçu que depuis les ponts. Seul à l'ouest du vieux pont de Chamant, un sentier permet de découvrir l'Aunette sur une petite distance.

Climat

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs.

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent à la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat complétée par des études régionales prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Senlis », sur la commune de Senlis, mise en service en 1959 et qui se trouve à 2 km à vol d'oiseau,, où la température moyenne annuelle est de 10,7 °C et la hauteur de précipitations de 724,6 mm pour la période 1981-2010. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Le Bourget », sur la commune de Bonneuil-en-France, dans le département du Val-d'Oise, mise en service en 1920 et à 31 km, la température moyenne annuelle évolue de 11,2 °C pour la période 1971-2000 à 11,6 °C pour 1981-2010, puis à 12,1 °C pour 1991-2020.

Milieux naturels et biodiversité

La RD 932a se présente encore sous la forme d'une allée, structurant positivement le paysage[réf. souhaitée]. Plus d'un tiers du territoire de Chamant est occupé par la Forêt d'Halatte, et les petits bois privés sont nombreux. Ils se trouvent notamment sur le terrain des deux haras du Plessis-Chamant et dans la vallée de l'Aunette. Par contre, au-delà de l'autoroute, la nature du paysage change radicalement : Les grandes surfaces agricoles n'y laissent pas la place aux arbres.

Chamant était situé dans le parc naturel régional Oise-Pays de France, qu'elle quitte en 2019.

La zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) type 1 numéro national 220005064 « Massif forestier d'Halatte » couvre à Chamant la forêt d'Halatte et un bois privé au nord du Plessis-Chamant. Sur la commune, la zone protégée au titre de la ZNIEFF correspond au site naturel classé de la forêt d'Halatte et de ses glacis agricoles (classement par décret du ).

En outre, l'ensemble de la commune de Chamant fait partie du site naturel inscrit de la vallée de la Nonette (inscription par décret du ). Ce site inscrit a préfiguré le parc naturel régional, son découpage étant à peu près identique avec la partie du parc située dans l'Oise. Finalement, Chamant compte un site inscrit d'origine plus ancienne, faisant double emploi avec le site inscrit de la vallée de la Nonette. Il s'agit du parc du château de Chamant, inscrit par arrêté du , pour une superficie de 60 ha environ, correspondant au triangle délimité par la chaussée Pontpoint, la RD 932a et l'avenue du Maréchal-Foch. Cette protection n'a pas empêché la démolition du château du Plessis-Chamant en 1960. Propriété privée, le site n'est pas accessible au public.


Urbanisme

Typologie

Chamant est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee,,,. Elle appartient à l'unité urbaine de Senlis, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes et 15 187 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue,.

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris dont elle est une commune de la couronne. Cette aire regroupe 1 929 communes,.

Occupation des sols

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (47,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (42,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,3 %), forêts (35,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,9 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (5,8 %), prairies (5,8 %), zones urbanisées (4,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (1,4 %).

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui).

Lieux-dits, hameaux et écarts

La commune de Chamant se compose du bourg ainsi que de trois hameaux : le Poteau, à la sortie de Senlis sur la RD 932a, le Plessis-Chamant, entre le bourg et la lisière de la forêt d'Halatte et Balagny-sur-Aunette, au nord-est.

Le hameau de Malgenest a disparu et ne reste plus qu'un lieu-dit à mi-chemin entre Chamant et Ognon.

Habitat et logement

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 458, alors qu'il était de 432 en 2013 et de 413 en 2008.

Parmi ces logements, 84,9 % étaient des résidences principales, 8,1 % des résidences secondaires et 7 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 81,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 17,2 % des appartements.

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Chamant en 2018 en comparaison avec celle de l'Oise et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (8,1 %) supérieure à celle du département (2,5 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 72,5 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (73,8 % en 2013), contre 61,4 % pour l'Oise et 57,5 pour la France entière.

Voies de communication et transports

Voies de communication

Chamant, limitrophe de Senlis, bénéficie de son réseau routier.

La sortie la plus proche de l'Autoroute A1, qui traverse la commune, est la sortie no 8 située pour partie sur le territoire de Chamant.

Chamant est desservie par le tracé initial de l'ancienne RN 32 (actuelle RD 932A) qui relie Senlis à Compiègne et Noyon.

L'ancienne RN 324 (actuelle RD 1324) Senlis - Crépy-en-Valois constitue la limite sud de la commune pendant 1 600 m, et l'ancienne RN 17 (actuelle RD 1017) constitue la limite ouest de la commune sur 1 050 m.

Transports en commun

Chamant ne dispose pas de gare.

Les transports en commun se réduisent aux transports scolaires, des cars pour le marché de Senlis, le mardi et vendredi (aller-retour dans la matinée), ainsi qu'à une navette mise en place par la commune, effectuant un aller-retour pour Senlis dans la matinée.

Toponymie

La localité a été désignée comme Chament, Chamans, Camant en 1129, Chaman en 1180 (Chamantum en 1182, camentum, Chamentum).

Histoire

Selon Louis Graves, « Chamant était une des paroisses primitives de l'évêché de Senlis. Quelques auteurs l'ont prise pour le lieu appelé Chanaan (Charma) dans la vie de saint Rieul où il est dit que ce saint, venant à Beauvais, s'arrêta lorsqu'il apprit le martyre de saint Lucien ; mais cette opinion, fondée sur la ressemblance des noms, est dépourvue de preuves. Chamant n'est nullement dans la direction de Senlis à Beauvais, et se trouve éloigné de l'Oise, tandis que Chanaan en était voisin.
L'évêque de Senlis avait la seigneurie
L'église était une de celles dont le patronage fut confirmé au chapitre cathédral par la bulle du pape Luce III donnée le à Velletri.
Le clergé de Senlis y venait quelquefois en procession dans les occasions critiques. Le dimanche après l'Assomption de l'année 1592, l'évêque Jean Dieudonné s'y rendit solennellement accompagné du chapitre, des collégiales, des ordres religieux et de toutes les paroisses; on y porta les châsses de saint Rieul, de saint Prothais et de saint Frambourg ; elles furent exposées à la vue des fidèles dont le concours était prodigieux, pour obtenir du ciel la guérison du roi Charles VI ».

À la fin de l'épopée napoléonienne, Chamant est pillé en 1815 par les troupes prussiennes

La commune, instituée lors de la Révolution française, a absorbé en 1825 celle de Balagny-sur-Aunette.

En 1841, la commune était propruiétaire d'une école, de deux maisons, d'un lavoir, d'un jeu d'arc ainsi que d'une promenade plantée et dix hectares de rés ou de friches. Deux moulins à eau y étaient exploités. La population vivait de l'agriculture.

Au début du XXe siècle est créé à côté de hippodrome Senlis Horse Race Course un terrain d'aviation.

Durant la Première Guerre mondiale, le terrain d’aviation est utilisé par le Royal Flying Corps de l'armée britannique comme champ d'aviation sous le nom de Senlis Horse Race Course les 30 et . Chamant est occupé par l'armée allemande du 2 au , puis devient le lieu de cantonnement de troupes françaises en stationnement. Le a lieu l'exécution d'otages civils, dont le maire de Senlis Eugène Odent.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le terrain d'aviation est utilisé par la Luftwaffe comme terrain de desserrement pour les chasseurs de l'aérodrome de Creil, sous le nom de Flugplatz Senlis (no 560). À la fin de la guerre, il accueille le Groupe II / JG 2 (Bf 109 G6) en et le Groupe I / JG 2 (FW 190A-8) du au puis du 13 au .

Le , vers 11 h 30, le terrain d'aviation, la ville et Senlis sont bombardés par des Boeing B-17 Flying Fortress alliés.

La ville a été décorée de la Croix de guerre 1939-1945 le , avec étoile de bronze. La citation à l'ordre de la brigade indique « Population laborieuse et patriote ; malgré le danger suscité par la présence, dans le centre de l'agglomération, d'un terrain d'aviation comptant 50 chasseurs bombardiers, un important dépôt de carburant, et trois bombardements précurseurs, a conservé calme et sang-froid, confiante en la victoire. S'est portée spontanément, au mépris du danger, le , au secours des victimes du bombardement qui fit 12 tués et 12 blessés graves ».

Politique et administration

Rattachements administratifs et électoraux

La commune se trouve dans l'arrondissement de Senlis du département du Oise. Pour l'élection des députés, elle fait partie de la quatrième circonscription de l'Oise.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Senlis. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, Chamant reste intégrée à ce canton, dont le nombre de communes est réduit de 17 à 14 communes.

Intercommunalité

Jusqu'au début de l'année 2009, la commune appartenait à la communauté de communes du Pays de Senlis qui regroupait 19 collectivités.

À la suite de désaccords profonds entre élus des communes membres, le préfet a décidé de dissoudre l'intercommunalité le .

Il autorise la création :
- de la Communauté de communes des Trois Forêts (CC3F) avec les 5 communes de Senlis, Aumont-en-Halatte, Courteuil, Chamant et Fleurines.
- de la communauté de communes Cœur Sud Oise (CCCSO), regroupant treize communes et dont le siège était à Ognon, l'une des plus petites de l'intercommunalité.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants,, le schéma départemental de coopération intercommunale approuvé par le préfet de l'Oise le prévoit notamment la fusion de la communauté de communes des Trois Forêts et de la communauté de communes Cœur Sud Oise.

Après consultation des conseils municipaux et communautaires concernés, la nouvelle intercommunalité, recréant de fait l'ancienne communauté de communes du Pays de Senlis (sans Orry-la-Ville), dont la scission en 2010 avait créée ces deux intercommunalités, est constituée au par un arrêté préfectoral du sous le nom de communauté de communes Senlis Sud Oise, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires

Turnbull & Asser

Équipements et services publics

Santé

le Pôle Oise Santé (POS) est implanté dans la zone du Poteau, et comprend depuis 2016 un cengtre d'ophtalmologie et, depusi 2019, les cabinets de plusieurs médecins et professionnels de santé

Population et société

Démographie

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007.

En 2019, la commune comptait 908 habitants, en diminution de 0,44 % par rapport à 2013 (Oise : +1,72 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Pyramide des âges

La population de la commune est relativement jeune. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 32,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (37,3 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 27,2 % la même année, alors qu'il est de 22,8 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 462 hommes pour 448 femmes, soit un taux de 50,77 % d'hommes, légèrement supérieur au taux départemental (48,89 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Culture locale et patrimoine

Lieux et monuments

.

Chamant compte trois monuments historiques, dont un au chef-lieu, un à Balagny (les deux églises) et un en forêt d'Halatte ;

  • Église Notre-Dame de Chamant, rue de la Baronne-Leonino (classée monument historique en 1921) : son clocher roman a été bâti à la suite de la fondation de la paroisse en 1129. Il a été complété par un flèche octogone en pierre au cours du XIIIe siècle, qui en fait un ensemble remarquable, représentatif des clochers d'Île-de-France.
    Le chœur roman a été remplacé par une construction gothique rayonnant d'une grande simplicité vers 1260 ou quelques décennies après. Ce chœur actuel n'est pas voûté, et son seul ornement sont les trois fenêtres au remplage de type rayonnant tardif.
    Le reste de l'église a été rebâti pendant la première moitié du XVIe siècle. Seulement la chapelle de la Vierge au sud de la base du clocher et du chœur est voûtée d'ogives dès le départ. La nef et son unique collatéral au sud sont à l'origine d'une facture sommaire.
    Entre 1863 et 1877, une restauration discutable financée par Napoléon III apporte un voûtement néogothique, et une décoration intérieure dans le style troubadour. Les seuls éléments authentiquement gothiques flamboyants de la nef et du collatéral sont les grandes arcades et le portail méridional, qui est de belle facture,
  • Église Sainte-Foy à Balagny-sur-l'Aunette, place Jean-Baptise-Moquet (inscrite monument historique en 1970) : cette église avec sa silhouette ramassée et son petit clocher presque sans ouvertures est en fait incomplète, car ayant perdu sa nef. Le petit édifice est pourtant d'un intérêt archéologique certain. Sa partie la plus ancienne, la première travée du vaisseau central, peut être datée des années 1130. En subsistent des chapiteaux d'une sculpture très fruste, présentant des figures grotesques, des feuilles plates et des fruits d'arum. La voûte d'ogives de cette travée a été reconstruite au XVIe siècle. La seconde travée du vaisseau central constitue le chœur au chevet plat et pourrait remonter au XIIIe siècle, sinon au XIVe siècle, et remplace probablement une abside en hémicycle. Cette travée a été profondément remaniée au XVIe siècle, et un collatéral a été ajouté au nord à la même époque. Le petit clocher au sud de la première travée a été construit au XVIIe ou XVIIIe siècle, et le porche à l'ouest a été ajouté à la même époque,,.
  • Château d'eau de Chamant (inscrit monument historique en 1998), en Forêt d'Halatte : Il s'agit du seul château d'eau métallique du Nord de la France, construit en 1895, sans doute par un élève de Gustave Eiffel, pour alimenter les écuries de courses d'Albert Menier, industriel chocolatier. D'une hauteur de 30 m, l'ouvrage est surmonté d'un belvédère permettant une vue sur toute la forêt. Depuis l'adduction de l'eau courante à Chamant en 1955, il sert de réservoir pour Chamant et Le Plessis-Chamant, Balagny possédant son propre château d'eau.


On peut également signaler :

  • Chapelle Notre-Dame-du-Bon-Secours, rue Notre-Dame-du-Bon-Secours à Senlis : la chapelle est située sur le territoire communal de Chamant, mais au quartier Bon Secours de Senlis près du « parc écologique », non directement accessible depuis Chamant. Le chemin rural reliant jadis la chapelle au village, par la vallée de l'Aunette, a été intercepté lors de la construction de la déviation de la RN 330. Par ailleurs, la chapelle n'est historiquement pas liée à Chamant. Elle est issue de la fondation du couvent des capucins par la Reine Margot en 1609, à l'écart de Senlis.
Les établissements religieux y étaient déjà nombreux, si bien que la ville était opposée à l'installation d'un monastère supplémentaire. La chapelle a été construite de 1610 à 1614. En 1624, quand Senlis est victime d'une épidémie de peste pendant laquelle les capucins font preuve d'un grand dévouement. Ils formulent un vœu apparemment exaucé, et la chapelle devient ici l'objet d'un important pèlerinage. En 1642, les religieux parviennent à se loger à l'intérieur de Senlis et quittent les lieux. À partir de 1667, le séminaire de Senlis en devient le propriétaire et le reste jusqu'à sa suppression, à la Révolution française. Le pèlerinage est rétabli en 1859, mais à la fin du XIXe siècle, la chapelle est ruinée.
Une nouvelle chapelle est ainsi construite en 1894, grâce à un don de la famille Geoffroy habitant Balagny. Seul le modeste chœur à chevet plat de l'ancienne chapelle est conservé. La nef est curieusement disposé perpendiculairement au chœur, et ses extrémités sont disposées en hémicycle. Ses voûtes d'ogives sont inspirées de l'architecture angevine. Comme autres particularités, l'on note une chaire à prêcher extérieure à l'extrémité sud de la nef, et un campanile en bois, coiffé d'une flèche aiguë couverte d'ardoise, se dresse au-dessus du portail d'entrée,,.
  • Monument aux morts
  • Le monument des otages de Senlis, rue des Otages : « Passant, arrête-toi et souviens-toi ! Dans ce champ, ont été fusillés par les Allemands le comme otages de la ville de Senlis : Eugène Odent, maire de Senlis ; Émile Aubert, mégissier ; Jean Barbier, charretier ; Lucien Cottrau, garçon de café ; Pierre Dewerdt, chauffeur ; J.B. Élysée-Pommier, garçon boulanger ; Arthur Rigault, tailleur de pierres ».
Le monument a été élevé le par souscription publique sous les auspices du Souvenir français,. Il ne se situe pas sur la commune de Senlis, mais à proximité ; aujourd'hui, le lieu d'exécution n'est plus un champ mais une zone pavillonnaire.
  • Le haras de Plaisance, au hameau du Plessis-Chamant, avenue du Maréchal-Foch : bâtiments pittoresques agencés autour d'une cour carrée, aux volumes multiples, avec des colombages peints en blanc, au remplissage en brique rouge.
  • Calvaire de Chamant, au carrefour de la rue Eugène-Odent avec la rue du Moulin : le crucifix en fer est montée sur une haute colonne monolithique émergeant d'un pupitre pouvant servir d'autel lors de processions.
  • Forêt d'Halatte
  • Vieux pont sur l'Aunette et abreuvoir, rue Alain-de-Rothschild : Le pont est de facture assez archaïque, consistant à sa base de deux étroits passages couverts de dalles de pierre. L'abreuvoir au nord-est du pont prend la forme d'un gué unilatéral, permettant aux animaux de descendre boire dans la rivière.
  • L'ancien presbytère de Chamant, rue de la Baronne-Leonino, à l'ouest de l'église : La tourelle d'escalier au centre de la façade sud date de la fin du XVe siècle, et le presbytère a été agrandi de deux ailes au XVIIIe siècle. Depuis la suppression de la cure de Chamant, la commune utilise la maison comme logement de fonction pour le garde champêtre ou la secrétaire de la mairie.
  • Le puits public de Balagny-sur-Aunette, place Jean-Baptise-Moquet : Petit bâtiment carré au toit en bâtière, abritant le puits derrière une portière en bois. Le mécanisme était actionné par une roue métallique montée à l'extérieur, à gauche.
  • La ferme de Balagny-sur-Aunette, Grande Rue, à l'ouest de la place : Les façades sur la rue sont particulièrement austères et sans grand intérêt, mais l'on peut apercevoir de loin une haute et étroite tour du XIIIe siècle. Elle est placée dans un angle des bâtiments et de forme octogonale jusqu'au premier étage, puis rond jusqu'au sommet.
  • La Cour Lalouette à Balagny-sur-Aunette, place Jean-Baptiste-Moquet : Cette ferme possède un pigeonnier situé au-dessus du porche, donnant sur la place. Cet ancien corps de ferme était une dépendance de la ferme de Balagny : il s'agit d'une cour carrée.

Personnalités liées à la commune

  • Charles de Blanchefort, évêque de Senlis de 1499 à 1515, a été curé de Chamant.
  • Hugo de Groot, dit Grotius (1583-1645), humaniste, diplomate, avocat, théologien et juriste néerlandais, a rédigé son célèbre De Jure Belli ac Pacis (Le Droit de la guerre et de la paix) à Chamant;.
  • Christine Boyer (1771-1800), première épouse de Lucien Bonaparte, a depuis 1869 son monument funéraire dans l'église Notre-Dame de Chamant.
  • Lucien Bonaparte (1775-1840), veuf de Christine Boyer, se remaria à Chamant le 3 vendémiaire an XII (26 septembre 1803) avec Alexandrine de Bleschamp, veuve du banquier Jean François Hippolyte Jouberthon.
  • John-Langham Martin et Haydn-Llewelyn Morgan, respectivement pilote et navigateur d'un bombardier de la Royal Air Force (Squadron 464) chargés d'attaquer à basse altitude des routes, rails et aérodromes, se sont écrasés avec leur appareil à Chamant le .
  • Georges-Émile Lebacq (1876-1950), peintre belge impressionniste et post-impressionniste vit à Chamant à partir de 1924 jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. Il réalise de nombreux dessins, fusains, pastels et toiles de ce village et de ses alentours : Balagny, Ognon, Senlis. Certaines de ses œuvres sont au musée de la vénerie de Senlis.
  • Charlie Mills (1888-1972), entraineur de chevaux, habite à Chamant de 1947 jusqu'à sa mort en 1972. Il est vainqueur du Prix d'Amérique de 1934[réf. nécessaire].
  • Alain de Rothschild (1910-1982), banquier français, président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) de 1976 à 1982, habita à Chamant. Sa propriété appartient à ses descendants.
  • Sacha Distel (1933-2004), guitariste de jazz, compositeur et chanteur français, habite de nombreuses années à Chamant avec son épouse Francine (née Francine Bréaud).

Chamant dans les arts et la littérature

  • Le roman L'Évadé de l'an II, de Philippe Ébly, se déroule notamment dans cette commune.

Voir aussi

Bibliographie

  • Raymond Poussard, « Chamant : village neuf fois centenaire », Bulletin du G.E.M.O.B., Beauvais, nos 70-71,‎ (ISSN 0224-0475) ; 61 p.
  • Raymond Poussard, « Halatte : deux mille ans d'art et d'histoire autour d'une forêt royale : 2de partie : Autour de la forêt : Chamant », Bulletin du G.E.M.O.B., Beauvais, Groupement d'Étude des monuments et œuvres d'art de l'Oise et du Beauvaisis (GEMOB), vol. 92-94,‎ , p. 100-101

Articles connexes

  • Liste des communes de l'Oise

Liens externes

  • Site de la mairie
  • « Dossier complet : Commune de Chamant (60138) », Recensement général de la population de 2018, INSEE, (consulté le ).
  • « Chamant », Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, .
  • « Chamant » sur Géoportail.

Notes et références

Notes

Références

Site de l'Insee

Autres sources

  • Portail de l’Oise
  • Portail des communes de France

Text submitted to CC-BY-SA license. Source: Chamant by Wikipedia (Historical)


Langue des articles



Quelques articles à proximité