Rue de Furstemberg


Rue de Furstemberg


La rue de Furstemberg est une voie située dans le quartier Saint-Germain-des-Prés du 6e arrondissement de Paris.

Situation et accès

Origine du nom

Sur le plan général de l’Abbaye dressé par Sanvy, en 1723, elle est déjà dénommée et orthographiée « rue de Furstemberg », du nom du cardinal Guillaume-Egon de Fürstenberg (1629-1704), nommé abbé de Saint-Germain-des-Prés en 1697, et la place carrée, qui ne fait pas alors partie de la rue, est appelée « cour des Écuries ».

Il y a eu un flottement entre « Furstemberg » et « de Furstemberg » dans l'usage. Ce dernier odonyme, fixé par la nomenclature officielle de la ville de Paris, contrevient à la règle autrefois en usage d’omettre la particule initiale (« de ») lorsque la voie porte le nom d’une personne (ici d'un cardinal). Ce nom de voie est parfois orthographié à l'allemande, c'est-à-dire avec un « n » et avec le « ü » (u umlaut) : Fürstenberg. C'est néanmoins la graphie francisée qui est l'officielle : « Furstemberg ».

Dans l’usage, le carré arboré situé sur cette voie est parfois fautivement appelé « place de Furstemberg », sa partie centrale ayant la forme d’une place.

Historique

La voie est ouverte vers 1699 sur le terrain de l'enclos de l’abbaye Saint-Germain-des-Prés, dans la perspective du palais abbatial, Furstemberg souhaitant un accès au palais indépendant de celui de l'abbaye (il fera ouvrir également la rue Cardinale proche). À la fin du XVIIe siècle, c'est l'avant-cour du palais abbatial. Sous la Révolution, elle est nommée « rue de la Paroisse ».

En 1806, la voie est appelée « rue de Wertingen », en mémoire de la bataille de Wertingen, livrée le , où les Français détruisirent un corps considérable d’Autrichiens. En 1815, elle reprit son ancien nom.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire

La rue comprend en son milieu une placette pittoresque, objet de nombreuses illustrations et photographies.

Les bâtiments des nos 6-8 ont une façade de briques et de pierres récentes réalisées dans les années 1990 inspirées du façadisme, afin de permettre une meilleure intégration au site. Plusieurs artistes y eurent leur atelier.

  • No 2 : résidence du compositeur russo-américain Alexandre Tcherepnine (1899-1977) ; une plaque lui rend hommage.
  • No 2 : Étienne Charavay y avait établi sa librairie.
  • No 3 ter : résidence de Jean François Asseline (1767-1832), sous-chef au bureau du ministère de la Guerre sous le Premier Empire et sous la Restauration. Il rédige des discours dans les ministères depuis la Révolution. Il y demeure avec sa seconde épouse Anne Nicole Suseron, née en 1785, et aussi avec leur fils, Adolphe Asseline (1806-1891), secrétaire du duc Ferdinand-Philippe d'Orléans (1810-1842) et de la duchesse d'Orléans, Hélène de Mecklembourg-Schwerin (1814-1858).
  • No 4 : atelier du peintre Balthus de 1933 à 1936.
  • No 6 : atelier du peintre Eugène Delacroix de 1857 à 1863, année de sa mort. Delacroix y avait déménagé pour se rapprocher de l'église Saint-Sulpice dont il était chargé de décorer l'une des chapelles. Son atelier fut ensuite repris par Diogène Maillart de 1879 à 1890. Jusqu’en , Frédéric Bazille partagea avec Claude Monet un atelier situé un étage au-dessus, dont il a laissé une peinture intitulée Atelier de la rue Furstenberg (1865, Montpellier, musée Fabre). Il fut question de raser l'endroit pour y construire un garage et Paul Signac, admirateur de Delacroix, se mobilisa pour que l'atelier fût conservé. Le bâtiment abrite aujourd’hui le musée national Eugène-Delacroix.
  • No 8 : entre les deux guerres s'y installèrent les Ateliers d'art sacré, fondés par George Desvallières et Maurice Denis. Ils seront abandonnés pour laisser place à la Société de Saint-Jean.
  • No 8 ter : domicile d'Antoine Étex en 1831. Atelier de l'horloger Kellner en 1835.

L"écrivain Jean Anouilh s'y installe à partir de 1914

Au cinéma

  • En 1993, Martin Scorsese y tourna la dernière scène de son film Le Temps de l'innocence.
  • La rue apparaît dans le film Sans laisser d'adresse (1951), de Jean-Paul Le Chanois, avec Bernard Blier et Danièle Delorme.
  • L'acteur Louis Jourdan y fait une apparition en chanson dans le film Gigi (1958) de Vincente Minelli.
  • La place centrale apparaît dans Les Animaux fantastiques : Les Crimes de Grindelwald, la fontaine Wallace étant l'entrée du ministère de la Magie français.
  • Le film L'Appartement de Gilles Mimouni.

Notes et références

Voir aussi

  • Liste des voies du 6e arrondissement de Paris
  • Portail de Paris
  • Portail de la route

Rue de Furstemberg


Langue des articles



Quelques articles à proximité